Comment protéger Bébé des polluants durant la grossesse et encore après? Toutes les solutions dans le Guide Pratique en format numérique

AJ001 - Protégez la santé de votre bébé en évitant les polluants
Guide pratique complet  indispensable pour les parents 

Chers parents, quelle joie d’apprendre LA bonne nouvelle: Bébé arrive dans quelques mois!

Si cette annonce vous réjouit, vous savez également qu’elle implique de nouvelles responsabilités, surtout en matière de santé.

Les médecins -généralistes, gynécologues et pédiatres- sont là pour vous aider durant toute la gestation et après la naissance de votre enfant.

Mais de nos jours, ceci ne suffit plus:pour protéger la santé de Bébé, il faut agir sur son environnement quotidien!

Pourquoi?

Parce que depuis quelques années, les scientifiques ont établi que certaines maladies graves sont en lien avec des polluants présents dans l’air, dans l’eau, dans les aliments, les ustensiles ménagers, les produits cosmétiques, les revêtements décoratifs, la literie, les vêtements,etc…

Savez-vous que des polluants sont à l’origine de la multiplication des allergies et de l’asthme, des intolérances et hypersensibilités alimentaires, de la baisse de la fertilité, de perturbations de la glande thyroïde, de cancers et de malformations?

Si vous êtes enceinte, il faut donc tout faire pour éliminer ces molécules polluantes de votre habitat.

Comment agir en pratique?

Lire la suite

Publicités

Grossesse et biocosmétique: des fonds de teint et blushs sans toxiques

Blush Benecos poudre

Bonjour à tous,
Comme promis dans l’article précédent, je vais vous expliquer comment sélectionner  et où trouver des fonds de teint et blush inoffensifs pour la santé de « Maman-Bébé ».

L’astuce consiste à choisir des produits de maquillage certifiés par un label officiel de biocosmétiqueLe seul  souci, c’est que vous ne savez pas à quoi correspondent tous les logos apposés sur les emballages des produits de beauté qui vous tentent…

Cet article va vous donner la signification de chaque logo et vous expliquer les garanties qu’il  apporte en terme de sécurité sanitaire pendant la grossesse. Ensuite, si vous êtes sages (traduction= si vous lisez jusqu’à la fin), vous aurez accès:

♦ aux noms des  marques de fonds de teint et blushs  plus « Secure » pour vous et Bébé.

aux coordonnées des sites internet où vous pourrez les commander si nécessaire

aux adresses internet de blogueuses qui ont testé des cosmétiques biologiques certifiés

Comme vous voyez, j’ai pensé à tout pour vous satisfaire – enfin, il me semble…! Alors si vous êtes prêtes à découvrir ce que la Nature a de meilleur pour votre beauté, partons tout de suite pour l’univers coloré mais délicat de la Biocosmétique!! Lire la suite

Grossesse et maquillage: les fonds de teint à éviter

beautiful-18279_1920

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, nous allons parler d’un sujet important pour les futures mamans qui utilisent des produits de maquillage.

Formulé sous forme de question, ça donne à peu près ceci : « Mes fonds de teint, blush et correcteurs habituels sont-ils nocifs pour mon bébé si je les utilise pendant la grossesse? Et si oui, comment faire pour acheter des cosmétiques plus sains? »

Vous pouvez poser ces questions au médecin qui vous suit mais rien ne dit qu’il est spécialisé en chimie des cosmétiques….De plus, il y a très peu de chances pour  qu’il sache où trouver des produits de maquillage suffisamment « Safety » pour vous et le futur bébé.

Il est clair que les produits de beautés « classiques » contiennent des substances à risques pour la santé . Mais je tiens quand même à vous rassurer: il existe des solutions simples et je vous les donne dans la suite de cet article! Lire la suite

Les colorations naturelles non-toxiques pendant la grossesse: la liste

Chevelure natureBonjour à tous! Nous avons vu dans l’article précédent que les colorations « classiques » étaient en réalité des concentrés de produits chimiques nocifs pour la santé environnementale de Maman et de Bébé.

Comme promis , je vais vous expliquer à présent comment faire pour dénicher La coloration capillaire qui respectera tout à la fois votre santé, celle de votre futur Bébé ainsi que…vos cheveux naturellement… puisque vous le valez bien!

Pour être certain qu’une coloration est naturelle et ne contient pas de substances toxiques, il est indispensable de savoir décrypter les étiquettes et surtout ne pas se fier aux apparences de l’emballage ni au descriptif qui vante le produit.

Dans la première partie de cet article, je vous explique comment « faire le tri » rapidement entre les colorations vraiment naturelles et celles qui se prétendent naturelles mais ne le sont pas du tout .

En deuxième partie , vous découvrirez des colorations végétales formulées uniquement à partir d’ingrédients sains ainsi que la manière de les appliquer. Celles-ci respecteront vos cheveux, votre santé et celle de Bébé, ce qui est quand même le top du top!

 

Les « fausses » colorations naturelles: les pièges à éviter

 

Lorsqu’on attend un bébé, tout devient matière à  se questionner, comme par exemple:

Si je mange ceci, est-ce que mon enfant risque quelquechose?

Ai-je le droit de prendre ce médicament pendant la grossesse?

J’ai l’habitude de me maquiller, est-ce que ça peut avoir un impact sur mon futur enfant?

Et les colorations, il paraît que c’est plein de produits chimiques, alors comment faire?

Résultat: on se dit qu’on va choisir quelquechose de « naturel » parce que tout le monde dit que « Le naturel, c’est bien! ».

Le souci, c’est que les fabricants savent aussi comment les mamans raisonnent. C’est pourquoi ils « surfent sur la Green Wave » et tentent de  vous convaincre par tous les moyens que leurs cosmétiques fabriqués à partir de dérivés du pétrole sont des concentrés de fleurs des champs et de fruits exotiques! Si vous ne voulez pas vous faire avoir par les techniques de marketing, je vous invite à découvrir dans le paragraphe qui suit les principales « astuces » de vente utilisées .

L’utilisation du mot « naturel » ou « naturelle »: elle suggère au consommateur que la coloration est sans réel danger puisqu’elle a des liens avec la Nature.

Par exemple, il existe une gamme de colorations dont le nom générique est « Les Naturelles ». En fait, il s’agit de colorations permanentes d’oxydation qui contiennent tous les produits chimiques nocifs que nous avons découverts dans l’article précédent.

Autre possibilité, le descriptif sur la boîte utilise le mot »naturel » et l’accole à n’importe quel autre terme: « brillance naturelle », « soin naturel », « naturellement protecteur »,…Ceci sert à suggérer au consommateur qu’il tient en main un produit sain.

La présence « accessoire » de substances végétales: elle peut également influencer l’acheteur par le fait qu’elle évoque la Nature. C’est le cas de certains emballages et descriptifs qui mettent l’accent sur les extraits de plantes: huiles, fleurs, fruits, camélia, argan, miel, germe de blé, …

Une dernière technique également très répandue consiste à promouvoir l’absence de certaines substances particulièrement toxiques ou/et allergisantes. C’est ainsi que vous pouvez lire en gros caractères sur certaines colorations: « Sans ammoniaque, résorcine, parabens, silicone, …« . L’astuce est la suivante: s’il est vrai que le fabricant n’a pas utilisé ces substances dans la formulation, il est tout à fait possible qu’il en ait utilisé d’autres, de la même famille et tout aussi nocives. C’est en lisant la liste INCI des ingrédients -écrits en tout petit- que vous allez vous en rendre compte.

Voilà donc résumées les principales stratégies utilisées par les fabricants de colorations capillaires classiques pour vous inciter à croire que leurs produits sont naturels.

La question qui se pose à présent, c’est comment faire pour déterminer facilement et rapidement si la coloration qui vous fait envie ne contient pas de substances à risques?

La première chose à avoir en tête est que toutes les colorations « classiques » contiennent des substances nocives. Les colorations permanentes, semi-permanentes ou fugaces sont toutes formulées à base de produits de synthèse irritants, allergisants, voire nocifs. Reportez-vous à l’article précédent « Les colorations classiques » si vous voulez en savoir plus sur la nocivité de ce type de colorations.

Les seules teintures capillaires qui peuvent être considérées comme naturelles et saines font partie de la catégorie  des colorations végétales.

Parmi les colorations végétales existantes, il en existe certaines qui se prétendent naturelles et ne le sont pas. Il y aura donc également un petit tri à faire à ce niveau.

Dans le paragraphe qui suit, nous allons découvrir ce qu’est une coloration végétale , ses ingrédients et les caractéristiques de sa mise en oeuvre (préparation, temps de pose, résultats, entretien). J’y ai joints un lien qui va vous permettre de visionner  une vidéo sur You Tube afin que l’application d’une coloration végétale n’ait plus aucun secret pour vous.

Ensuite, nous verrons comment repérer facilement les colorations dites « végétales » mais qui contiennent des substances indésirables, ceci afin de les éviter .

Nous terminerons ce paragraphe -et cet article- en détaillant la liste des colorations végétales saines disponibles actuellement ainsi que les adresses et les liens pour les trouver soit en magasins soit par commande sur des sites Web.

 

Les colorations végétales 

 

Ce sont des colorations composées uniquement d’extraits de plantes. Elles se présentent en général sous forme de poudres de plantes séchées et pulvérisées. Les parties de végétaux utilisées peuvent être les fleurs, les fruits, les feuilles , les racines ou les graines. Ces extraits végétaux sont suffisamment nombreux pour que vous puissiez obtenir la nuance désirée. Que vous souhaitiez colorer vos cheveux dans des tons blonds, bruns, noirs, cuivrés, acajous ou autres, vous trouverez un choix satisfaisant en consultant les nuanciers des différentes marques.

La composition des colorations végétales

Nous entrons là dans le chapitre « Botanique » si on peut dire. Sur la liste INCI des ingrédients, les extraits végétaux apparaissent souvent sous leur dénomination botanique avec des noms latins par obligation due au Règlement Cosmétique.

Les extraits qui colorent les cheveux proviennent principalement des plantes suivantes:

  • Lawsonia Inermis: c’est un arbuste épineux dont les feuilles contiennent de la lawsone qui est le pigment cuivré du Henné.
  • Indigo Tinctoria: c’est un arbuste originaire de l’Inde  dont les feuilles contiennent de l’indoxyle, un précurseur du pigment bleu appelé indigo.

indigo-dye-598736_1920 (1)

Pigment Indigo

  • Bois de Campêche: on utilise la sève rouge-foncé de cet arbre tropical. Son pigment est appelé « hématine » ou « campêche ».
  • Bixa Orellana: cet arbre tropical à fleurs roses appelé également Roucou donne des fruits rouges. On en utilise les graines rouges.
    achiote-1278047_1280
    Bixa Orellana ou Roucou

     

  • Matricaria recutita: autrement dit, c’est la Camomille Vraie. La poudre obtenue à partir des fleurs séchées permet de donner aux cheveux des reflets blond-doré.chamomile-796381_1920
  • Rubia Tinctorum: les racines de la Garance des Teinturiers contiennent de l’alizarine et de la purpurine qui sont des colorants rouge-vif.
  • Juglans Regia: le brou tiré de l’écorce de la noix permet de foncer les cheveux dans des tons marrons.
  • La cannelle de Ceylan: la poudre obtenue à partir de son écorce teinte les cheveux dans des tons jaunes, ocres et orangés.iran-1203359_1920

 

  • L’Hibiscus Sabdariffa: la décoction de ses fleurs permet d’obtenir un colorant rouge.

red-746469_1920

Fleur d’Hibiscus

  • Buxus Dioïca: appelé aussi Katam du Yemen, son pigment gris-bleu permet de foncer les cheveux châtains.
  • Punica Granatum: l’écorce du fruit du grenadier permet de foncer les cheveux dans des tons marrons-noirs en association avec du henné.
  • Curcuma Longa: le broyage des rhizomes de cette plante herbacée permet d’obtenir la curcumine qui est un pigment jaune-orangé.

Comme vous le constatez, les végétaux sont capables de fournir de nombreux colorants inoffensifs pour la santé environnementale. La liste précédente peut s’étendre à d’autres plantes déjà présentes dans notre quotidien: le thé noir, la chicorée, le café, le clou de girofle, la rhubarbe, le paprika, la betterave, etc…

Une coloration végétale est composée d’un ou de plusieurs extraits de plantes tinctoriales. Les formulateurs  rajoutent parfois d’autres extraits végétaux qui agissent non pas sur la coloration de la fibre capillaire mais sur l’état du cuir chevelu, la brillance des cheveux, sur leur vigueur ou encore sur la consistance du produit quand on le prépare ou sur sa conservation. Voici quelques exemples de plantes parfois rajoutées et qui ont des propriétés autres que colorantes:

  • Amla ou Emblica Officinalis: c’est une groseille originaire de l’Inde. Elle est astringente.

Baie d'Amla

Baie d’Amla

  • Bhringaraj, Maka ou Eclipta Alba: c’est une herbacée qui a pour propriétés de réduire les irritations et de stimuler la repousse des cheveux.
  • Brahmi, Bacopa monnieri ou hysope d’eau: plante vivace d’Asie aux propriétés anti-inflammatoires.
  • Shikakai ou Acacia Concinne: les fruits de cet arbre contiennent des saponines qui permettent de nettoyer le cuir chevelu.
  • Harad ou fruit du Myrobolan Chabulic: anti-inflammatoire et astringent
  • Neem, margousier ou Azadirachta Indica: son huile possède des propriétés anti-fongiques et antiseptiques
    neem-leaves-651913_1920
    Azadirachta Indica ou Neem

     

  • Bétaïne: extraite du sucre de la betterave ou de la canne à sucre, elle est utilisée comme agent anti-statique.
  • Cassier ou Acacia de Farnèse: les feuilles de cet arbre sont contiennent une grande quantité de tanins qui retiennent les pigments. Elles contiennent aussi des substances astringentes et émollientes.
  • Alginates: polysaccharides d’algues brunes utilisés comme épaississant dans la formulation.
  • Malto-dextrine: sucres « texturants » obtenus à partir de l’amidon de blé, de maïs ou de pomme de terre.
  • Huile de jojoba: extraites des graines d’un arbuste du Mexique, cette cire sert de diluant des huiles essentielles et d’anti-desséchant pour les fibres capillaires.
  • Huiles essentielles: elles jouent à la fois le rôle de conservateurs et de molécules parfumantes

 

Comment choisir et appliquer une coloration végétale

 

Si vous décidez de passer à la coloration végétale, deux alternatives s’offrent à vous.

Soit vous utilisez une coloration formulée sur la base d’un mélange  tout prêt de plantes colorantes. Soit vous avez envie de personnaliser votre coloration. Dans ce cas, c’est à vous de choisir les extraits de plantes que vous allez mélanger afin d’obtenir le résultat spécifique désiré.

Bien entendu, si vous faites vos premiers pas dans ce domaine, je vous conseille de commencer par appliquer sur vos cheveux des teintures végétales avec des mélanges de plantes prêts à l’emploi. Par la suite, une fois que vous serez familiarisée avec ce mode de coloration, rien ne vous empêche de faire vos propres recettes afin d’obtenir toutes les teintes et reflets subtils qui vous tentent.

 

Les colorations végétales prêtes à l’emploi

 

La plupart du temps, une boîte de coloration végétale prête à l’emploi contient un sachet de 100 à 150 grammes de poudre de couleur verte, beige ou jaune, le mode d’emploi, une paire de gants et une charlotte jetables et parfois même un petit pinceau applicateur.

Mode d’emploi-Application-Temps de pose

Avant d’utiliser une coloration végétale, il est important de bien lire le mode d’emploi afin de préparer les ustensiles nécessaires (récipient en verre, cuillère non-métallique, serviette sombre, charlotte) et de connaître la durée de pose indispensable pour obtenir la teinte souhaitée.

Voici ci-dessous  un exemple de mode d’emploi d’une coloration végétale:

application, pose khadi

Comme vous le voyez, l’application de cette coloration végétale n’est pas compliquée. Il faut juste respecter les points suivants:

  1. le mélange de la poudre avec de l’eau à 50°C environ: le but est d’obtenir une pâte onctueuse ni trop épaisse ni trop liquide et qui sera facile à étaler.
  2. l’application sur une chevelure lavée et essorée se fait mèche par mèche à l’aide d’un pinceau large, en commençant par les racines et en terminant par les longueurs. Les cheveux ainsi enduits sont recouverts au final avec une charlotte ou du film alimentaire de manière à ce que l’ensemble reste chaud et humide durant toute la durée de la pose.
  3. le temps de pose varie de 30 minutes à 2 heures en fonction de l’intensité de coloration qu’on souhaite obtenir.
  4. les cheveux sont ensuite rincés à l’eau tiède jusqu’à complète élimination de l’excès de teinture.
  5. il est préférable d’attendre au moins deux jours avant de faire un shampooing afin de permettre aux pigments de terminer leur oxydation naturelle à l’air ambiant et de révéler leur teinte définitive.

Si vous n’êtes pas encore tout à fait rassurée, je vous propose de visionner sur You Tube la vidéo qui suit en cliquant sur le lien inséré.

Dans cette vidéo, « Delphine l’Astucieuse » vous montre comment appliquer une coloration végétale à la main, en sachant qu’il est possible d’utiliser un pinceau-applicateur mèche par mèche si vous préférez:

Coloration végétale, préparation, application par Delphine l’Astucieuse sur You Tube vidéo

 

Tenue dans le temps-Le rythme des recolorations

Une coloration végétale ne pénètre pas dans la structure des cheveux. Elle ne soulève pas les écailles et respecte l’intégrité de la kératine. Les pigments naturels  forment une gaine protectrice tout autour des fibres  capillaires. Au fur et à mesure des shampooings, cette gaine s’estompe progressivement.

En moyenne, une coloration végétale persiste de un à deux mois, en fonction du nombre de shampooings que vous faites. Quoi qu’il en soit, vous pouvez recolorer vos cheveux autant de fois que vous le souhaitez étant donné qu’elles ne contiennent aucun produit nocif.

Les fabricants de colorations végétales proposent parfois des soins à base d’huiles végétales et de plantes spécifiques qui permettent de prolonger la tenue des pigments.

 

Reconnaître les colorations végétales qui contiennent des substances nocives

Il existe deux catégories de colorations qui ressemblent à des colorations végétales mais qui n’en sont pas. Elles sont en vente dans les para-pharmacies, sur internet et même parfois dans certains magasins biologiques!

→ La première catégorie est représentée par les colorations dont le packaging (nom et descriptif) sous-entend que le produit colore grâce à des plantes alors qu’en réalité, il s’agit simplement d’une coloration  « classique » permanente ou semi-permanente, « améliorée » par la présence de quelques extraits végétaux.

Voici pour illustrer mon propos quelques exemples de ces teintures qui semblent être « végétales » mais qui colorent les cheveux  grâce aux dérivés pétrochimiques présents dans leur formulation:

  • Herbatint: coloration permanente qui contient des dérivés de la résorcine, du silicone, du peroxyde d’hydrogène, de l’éthanolamine, de la Para-PhénylèneDiamine (PPD),du parfum de synthèse,.. On note la présence de végétaux tels que du bouleau blanc, de l’aloe vera, de l’hamamélis, de l’échinacea, du germe de blé.
  • Sanotint: coloration permanente qui contient de l’éthanolamine, des diaminobenzènes, du diaminotoluène, de la PPD, du résorcinol, , du peroxyde d’hydrogène, du phénoxyéthanol,…Les extraits végétaux sont le millet, le brou de noix, le bouleau , le pépin de raisin, l’ortie.
  • Beliflor: coloration permanente formulée avec du peroxyde d’hydrogène, du résorcinol, de la PPD, de l’éthanolamine, du sodium laureth sulfate, du m-aminophénol, du phénoxyéthanol, de l’EDTA, du SLS, du 4-chlororésorcinol, du parfum,   … Elle contient des extraits de blé, de buis, de l’huile de jojoba, de l’aloe vera, du karité, des huiles essentielles.
  • Les 3 Chênes: c’est une coloration permanente avec des ingrédients tels que du peroxyde d’hydrogène, du PPD, du 2-méthylrésorcinol, du m-aminophénol, de l’oxyquinoline sulfate, du quaternium 84, de l’imidazolidinylurea, … Des extraits végétaux sont présents comme par exemple des huiles de romarin et d’eucalyptus, de l’avoine, du blé, du soja.
  • K Plantes et Karité: c’est une coloration semi-permanente qui fonctionne grâce aux colorants chimiques azoïques présents dans la formulation sous des noms tels que Basic Yellow 57, Basic Red 76, Basic Brown 17, Basic Blue 99. Elle contient quelques extraits de plantes tels que du jus d’aloe vera, de la sauge et du beurre de karité.
  • Martine Mahé « Teinture aux plantes »: c’est aussi une coloration permanente dont les effets colorants proviennent de la présence de colorants azoïques tels que l’HC Blue 2, le Disperse Black 9, l’HC Yellow 4, l’HC Red 3, L’Acid Black 1, l’Acid Violet 43… Les plantes inclues dans la formulation sont l’huile de carthame et la myrtille.
  • Phyto-color: cette coloration pourrait laisser croire qu’elle est végétale car elle contient des plantes tinctoriales telles que la garance , le genêt, le Bois d’Inde. En réalité, c’est une teinture permanente oxydative « classique » composée de colorants et de révélateur dérivés de la pétrochimie.
  • Naturtint: malgré son nom, il s’agit également d’une coloration d’oxydation à base de produits de synthèse nocifs.

Ces colorations qui teintent les cheveux par l’intermédiaire de substances de synthèse à risques sont assez facile à reconnaître: il suffit de lire leur composition qui est inscrite -en tout petit caractères- sur ou sous la boîte.

  • Si le kit de coloration comprend un flacon de colorant et un flacon de lait révélateur, vous pouvez être certaine qu’il s’agit d’une coloration permanente oxydative.
  • Si vous repérez dans la liste INCI les ingrédients qui suivent: éthanolamine, peroxyde d’hydrogène, eau oxygénée, ammoniaque, -résorcinol, Paraphénylènediamine ou PPD, -benzène, toluène,-résorcinol, -naphtol, -phénol,  il s’agit également d’une coloration permanente « classique » qui agit par oxydation .
  • La présence des termes suivants: HC ou Basic ou Disperse Blue/ Violet/ Red/ Black/ Yellow suivis d’un numéro montre que vous avez affaireà une coloration semi-permanente  à base de colorants de synthèse azoïques.

→ La seconde catégorie de colorations  qu’il vaut mieux éviter est représentée par celles  qui teintent effectivement les cheveux grâce aux extraits végétaux inclus dans la formule mais qui contiennent également des colorants pétrochimiques et des additifs nocifs pour la santé. En voici quelques exemples:

  • Henné Color: contient du henné (Lawsonia Inermis), du thé vert, des extraits de mangue et de figue mais également les colorants synthétiques Basic Yellow 57, Basic Brown 17, de la triéthanolamine, du chlorométhylisothiazolinone, du Laureth-8, du Quaternium-80, etc…
  • Wella EOS « Teinture à base de plantes »: elle contient 80% de végétaux dont des plantes tinctoriales comme Lawsonia Inermis (henné) et Indigofera Tinctoria (Indigo), du  Cassia Auriculata, du Cyanopsis Tetragonna Alba mais également les colorants HC Blue 2, HC Yellow 13, de l’hexyldecanol, de l’hydroxyethyl-2-nitro-p-toluidine, du PEG-35, de la paraffine liquide, etc…
  • Henné El Cahira, Masria, Souad de Hennedrog: ce sont des hennés à base de poudres de Lawsonia Inermis (henné) auxquelles a été rajouté une certaine quantité de picramate de sodium qui est un colorant rouge-vif appelé également 2-amino-4,6-dinitrophénol, sodium salt. Ce colorant direct, dérivé du phénol ou du chlorobenzène. est toxique par inhalation, par ingestion et par contact cutané. Il est rajouté à la poudre de henné pour intensifier la coloration et augmenter sa tenue dans le temps.

En résumé, il faut garder à l’esprit qu’une vraie coloration végétale ne contient que des plantes tinctoriales et éventuellement quelques extraits végétaux aux propriétés protectrices,adoucissantes ou stimulantes pour le cheveu.

Pour  éviter d’acheter des colorations qui contiennent des substances nocives, il faut vérifier la composition inscrite sur la boîte ou le flacon:

  • pas de colorations qui se font en mélangeant deux flacons (colorant et révélateur)
  • pas de colorations à base d’ammoniaque, de résorcine, d’éthanolamine et de peroxyde d’hydrogène
  • pas de colorants de synthèse (HC, Direct, Acid, Disperse, Basic)
  • pas de substances dérivées de la pétrochimie (Picramate de sodium,PEG, PPD, phénols, toluène, résorcinol, quaternium, paraffine, silicone, EDTA, MCIT, etc..).

A présent que vous savez comment éviter les colorations « faussement « naturelles, vous allez découvrir celles qui sont « vraiment » naturelles, entièrement végétales et garanties sans ingrédients nocifs.

 

Les véritables colorations végétales

 

Les véritables colorations végétales se présentent généralement sous la forme de poudres fines vertes, beiges ou jaunes correspondant à un ou plusieurs extraits de plantes finement broyées.

Pour faire votre coloration végétale, deux options sont envisageables: utiliser un mélange tout prêt qui vous permettra d’obtenir la teinte précisée sur l’emballage ou bien faire vos propres mélanges à partir des poudres de plantes qui vous intéressent.

Si vous n’avez jamais fait de coloration végétale, il sera plus simple de débuter avec une teinture en mélange pré-dosé tout prêt.

Je vais donc  vous présenter les colorations de ce type disponibles actuellement dans le commerce et classées en fonction de leur marque.  J’en profiterai également pour vous donner quelques informations essentielles telles que l’étendue de leur gamme, leur composition, les garanties et certifications lorsqu’il y en a et enfin les adresses pour vous les procurer. Les voici donc….

KHADI

book 008

Les colorations Khadi sont élaborées en Inde. Cette marque propose des colorations 100% végétales qui intègrent des plantes médicinales de l’Ayurvéda. Elle est certifiée par le label cosmétique allemand BDIH. Cette certification garantit l’absence de dérivés pétrochimiques, de colorants et parfums synthétiques et l’utilisation en priorité de plantes issues de l’agriculture biologique ou de la cueillette sauvage dans la formulation. Le nuancier Khadi comprend 10 colorations toutes prêtes élaborées avec un mélange d’une ou plusieurs plantes tinctoriales et/ou de soin capillaire. Les teintes proposées  s’inscrivent dans une gamme qui va du blond clair au Noir , en passant par le Noisette et le Châtain clair.Voici quelques exemples de ces teintures ainsi que la liste INCI des végétaux qui entrent dans leur composition:

INCI Khadi

Les colorations Khadi sont disponibles dans les magasins biologiques. Vous pouvez aussi les commander  sur des  sites web spécialisés dont je vous donnerai la liste en fin d’article.

 

LOGONA

book 009

Cette marque de cosmétique allemande propose des « soins colorants » à base de plantes tinctoriales. Ces soins colorants se déclinent sous la forme de poudres et de crèmes colorantes. Il existe actuellement 13 nuances de colorations végétales sous forme de poudres et 5 nuances de crèmes colorantes. Toutes ces colorations sont certifiées par le label allemand BDIH ainsi que par Natrue. La composition des teintures sous forme de poudre comprend l’ajout de protéines de blé et d’huile de jojoba.

logona poudre noisette cuivrée
Composition d’une poudre colorante Logona
book 004
Composition d’une crème colorante Logona

 

 

Les colorations sous forme de crèmes prêtes à l’emploi comprennent des plantes tinctoriales, de l’argile, des épaississants végétaux (gomme xanthane, alginate, maltodextrine,..) et des huiles essentielles.

 

La coloration « Caramel » est particulière car elle comporte dans sa composition des oxydes de fer.

 

Les colorations Logona sont disponibles dans les magasins biologiques et sites web spécialisés.

 

 

 

HENNE DE SHIRAZ

book 006
Poudre de henné de Shiraz- Ingrédients

Cette marque de colorations végétales est fabriquée en Italie et distribuée par Beliflor. Les formulations de cette gamme n’ont rien à voir avec celles des crèmes colorantes permanentes « classiques » fabriquées par Beliflor.

Henné de Shiraz offre une palette de 10 nuances différentes à base de poudres de plantes broyées finement et conditionnées dans des petits pots de verre. Toutes ces colorations sont certifiées par le label italien BIO ICEA Eco Bio Cosmétique , ce qui garantit l’absence de produits de synthèse ainsi que l’utilisation de végétaux provenant pour certains de l’agriculture biologique.

Voici la liste des ingrédients qui entrent dans la composition de ces poudres: Lawsonia Inermis et Alba, jujubier, algues brunes, Indigofera, carthame, bois de Campêche, pastel des teinturiers, camelia, camomille, myrte, noyer, hibiscus, piment de Cayenne.

Ces colorations sont disponibles en magasins bios et par commande sur internet.

NOMADE PALIZE

henné Perse certifié Bio

Cette marque est celle d’un importateur de produits de l’agriculture biologique et éthique d’Iran. Il propose 4 colorations végétales en poudre sous la dénomination « Henné de Perse ». Voici la composition des quatre colorations:

-Henné cuivre: Lawsonia Inermis

-Henné noir: Indigofera

-Henné châtain: Lawsonia Inermis, Indigofera

-Henné neutre: Ziziphus Spina Christi, Lawsonia Inermis

Ces quatre colorations sont certifiées avec le label Cosmébio BIO par Ecocert. Ce label garantit que la liste INCI des ingrédients est exhaustive, que 95% des ingrédients végétaux de la formulation sont issus de l’agriculture biologique  et à l’inverse  que la composition ne contient pas de dérivés de la pétrochimie, d’OGM ni de nanoparticules.

Ces colorations sont vendues dans les magasins bios et par internet.

 

RADICO France

Ce fabricant dont le siège est aux USA propose des colorations élaborées en Inde. Celles-ci sont fabriquées à partir de plantes tinctoriales et de soins capillaires qui respectent la tradition ayurvédique. Actuellement, 23 nuances sont proposées sous forme de sachets contenant 100 grammes de plantes broyées.

Ces teintures capillaires sont certifiées par le label américain USDA Organic, le label indien India Organic et par Ecocert certification BIO. Voici quelques exemples de compositions des poudres colorantes disponibles chez Radico:

radico composition inci des différents mélanges

Ces colorations peuvent être commandées sur internet (Cf. liens vers les sites marchands en fin d’article).

CENTIFOLIA

C’est une marque française qui propose de la cosmétique bio ou naturelle.

En ce qui concerne les colorations végétales, Centifolia a élaboré une petite gamme de 4 colorations formulées à l’aide de deux plantes tinctoriales qui sont le henné (Lawsonia Inermis) et l’indigo (Indigofera Tinctoria),auxquelles sont adjoints des extraits d’Amla (Emblica Officinalis), stimulant de la repousse capillaire.

Centifolia met également à disposition des consommateurs  huit plantes tinctoriales ou de soins capillaires à appliquer seules ou en mélange sur les cheveux pour les colorer ou/et les soigner: brou de noix, poudre de Bois de Campêche, Camomille matricaire, Amla, Rhapontic, Curcuma, Brahmi et Garance.

Les poudres tinctoriales et de soins capillaires de Centifolia ne sont pas certifiées par un label, ce qui ne garantit pas leur composition. On les trouve dans les magasins bios et sur le site internet de Centifolia.

L’essentiel à retenir

 fille parapluie brune naturelle

Comme vous venez de le lire , il ne suffit pas d’inclure quelques extraits de plantes à une formulation pour que celle-ci soit à considérer comme une coloration « végétale » saine.

Une coloration est « végétale » seulement  si la couleur donnée aux cheveux provient non pas de colorants de synthèse, mais uniquement de plantes tinctoriales telles que le henné, l’indigo, la camomille, la rhubarbe, le brou de noix, le camélia, la myrte, etc..

Les formulations peuvent également contenir d’autres extraits végétaux dont le rôle est de protéger le cheveu, stimuler sa repousse, lui donner un aspect brillant ou encore apaiser le cuir chevelu. C’est le cas des plantes issues de la tradition médicale de l’Ayurvéda qui sont parfois inclues aux  mélanges: amla, bringharaj, shikakai, cassia, brahmi, …

La composition d’une coloration végétale doit dans tous les cas rester 100% végétale.

Il est important de bien lire les étiquettes quand vous commencez à faire vos premiers achats. Une fois que vous serez familiarisée avec les noms savants des plantes, il vous sera beaucoup plus facile de trouver la nuance qui vous convient.

Si vous voulez être certaine qu’une coloration ne contient pas de substance toxique, mieux vaut choisir des colorations ou des poudres de plantes qui portent un label de certification tel que BDIH, Cosmébio BIO, ICEA, etc..Ces labels garantissent que la liste des ingrédients  INCI est exhaustive et que les poudres de végétaux sont obtenues selon des modes de production et de transformation qui excluent au maximum les substances nocives pour la santé (pesticides, conservateurs,additifs de synthèse, ..).

Les colorations végétales certifiées sont disponibles dans les magasins biologiques suivants: BioMonde, La Vie Claire, La Vie Saine, Biocoop, Chez Marcel, Satoriz, etc….

Si vous souhaitez passer commande sur internet, voici une liste de liens vers les sites marchands qui  proposent les colorations conseillées:

Il ne vous reste plus maintenant qu’à vous lancer dans votre première coloration végétale. N’hésitez pas à vous faire aider par une personne de votre entourage pour la première application de ce genre de coloration car leur consistance est plus épaisse que celle des colorations « classiques ». Vous allez constater que le résultat en vaut la peine!

chevelure reflets naturels

A très bientôt pour vos commentaires et vos questions !

Comment faire une coloration non-toxique pendant la grossesse ?

Brune et bébé

Pourquoi écrire un article de « santé environnementale » dédié aux colorations capillaires pendant la grossesse?

Tout simplement parce que prendre soin de ses cheveux pendant neuf mois implique également de ne pas exposer votre futur bébé à des substances nocives.

Dans cet article, vous allez découvrir que les colorations classiques en contiennent un très grand nombre.

La plupart des consommateurs pensent qu’il n’y a pas de risques réels du fait que ces produits  ne sont en contact qu’avec les cheveux et le cuir chevelu.

En réalité, les colorations « classiques »  sont formulées à base de substances extrêmement nocives. Un pourcentage variable de ces molécules traverse la peau du cuir chevelu et se retrouve dans l’organisme de la maman. De là, elles peuvent également migrer vers l’embryon ou le fœtus. Au cours des neuf mois où vous êtes enceinte, vous devrez faire un choix: soit ne pas  colorer vos cheveux durant toute cette période et plus si vous allaitez, soit  sélectionner une coloration végétale certifiée sans produits de synthèse.

Pour vous permettre de faire votre choix en toute connaissance de cause, nous allons passer en revue les principaux constituants des colorations classiques et vous expliquer les risques sanitaires qui en découlent. Ensuite, nous verrons qu’il existe des alternatives naturelles, saines et efficaces pour colorer vos cheveux et renforcer leur vitalité et leur brillance.

Etes-vous prêtes à découvrir ce monde merveilleux de la coloration? Alors c’est parti!

 

Comment fonctionne une coloration capillaire classique ?

 

Avant de vous expliquer les principales techniques de coloration, il est nécessaire que je vous parle un tout petit peu de l’anatomie du cheveu. Ce détour vous aidera à mieux comprendre les différences qui existent entre une coloration par dépôt et une coloration par oxydation.

Tout d’abord, voici le  schéma d’un cheveu vu en coupe transversale:

 

Structure d'un cheveu- Wikimédia Commons
Structure d’un cheveu -Wikimédia Commons

Un cheveu est constitué de trois couches principales:

  • la cuticule

C’est la couche externe , formée de 3 à 10 épaisseurs d’écailles liées entre elles par un ciment lipidique. Ces écailles sont superposées à la manière des ardoises d’une toiture.

  • le cortex

Il est situé sous la cuticule et constitué de cellules de kératine liées entre elles par un ciment lipidique. Il représente 90% du poids du cheveu et contient des grains de mélanine qui donnent leur couleur aux cheveux dès la naissance.

  • la moëlle

C’est un canal situé au centre du cheveu et qui peut contenir des alvéoles remplies d’air.

 

Un cheveu s’allonge d’environ 1 centimètre par mois. Sa durée de vie moyenne est de 3 ans.

 

Les différentes techniques de coloration

 

Couleur mode Les colorations de cheveux dites « classiques » se répartissent dans trois catégories très différentes qui sont : les colorations fugaces, les semi-permanentes et les permanentes. En fonction de ces catégories, les produits utilisés ne contiennent pas les mêmes molécules, n’agissent pas selon les mêmes mécanismes chimiques, ont un temps d’application différent et ne résistent pas de manière égale aux shampooings.

  • La coloration fugace: c’est une préparation qui modifie la couleur des cheveux  par le dépôt d’un ou plusieurs colorants  sur la couche externe des cheveux. Elle est appliquée sans rinçage et ne résiste qu’à un ou deux shampooings.

 

  • La coloration semi-permanente ou directe: c’est une technique qui consiste à déposer sous les écailles des cheveux, à la surface du cortex, un mélange de colorants déjà formés (colorants directs). Son application nécessite une pose d’environ 20 à 30 minutes avant d’être émulsionnée par ajout d’eau et rincée. Un soin est appliqué à la suite et rincé également. Ce type de coloration résiste à environ huit shampooings et s’estompe petit à petit puisque les colorants sont seulement déposés sous les écailles des cheveux.

 

  • La coloration permanente ou d’oxydation: elle se fait en deux étapes chimiques. Une « crème colorante » à base d’agents alcalins et de précurseurs de colorants est mélangée à un « lait révélateur »qui contient entre autres du peroxyde d’hydrogène. Ce mélange est appliqué immédiatement sur l’ensemble de la chevelure durant un temps de pause variant de 30 à 45 minutes. De nombreuses réactions chimiques ont lieu durant cette pose. L’agent alcalin (l’ammoniaque par exemple) permet le passage d’eau dans la fibre capillaire. Cette fibre gonfle et les écailles de la cuticule s’écartent en laissant pénétrer dans le cortex l’ensemble des produits chimiques. L’agent alcalin est à l’origine également  d’une réaction chimique qui se traduit par la libération de l’oxygène provenant du peroxyde d’hydrogène. Cet oxygène a deux effets: il modifie la mélanine naturelle du cheveu en l’éclaircissant et il transforme  les précurseurs de colorants qui ont pénétré dans le cortex en colorants qui ont leur couleur définitive. Le cheveu est ainsi coloré « de l’intérieur ». Une fois que toutes ces réactions  d’oxydation sont terminées, les cheveux colorés « à cœur » sont lavés longuement afin d’éliminer les restants des produits chimiques. Un « soin nourrissant » à rincer  est ensuite appliqué. Sa finalité est de refermer les écailles et de donner  une impression de volume et de brillance aux cheveux. Ce type de coloration est qualifié de « permanent » car il résiste aux shampooings. Au bout de un à deux mois, il est malgré tout nécessaire de refaire une coloration étant donné que les racines ont poussé de 1 à 2 centimètres. Celles-ci se démarquent nettement du reste de la chevelure puisqu’elles n’ont jamais été colorées, contrairement aux longueurs qui conservent la coloration appliquée plusieurs semaines auparavant.

 

Les colorations capillaires sont-elles toxiques?

 

Toutes les colorations « classiques » contiennent des produits chimiques nocifs pour la santé. Les plus toxiques sont  les colorations d’oxydation puis les semi-permanentes. Nous allons passer en revue les ingrédients contenus généralement dans les trois types de colorations. Pour cela, nous nous baserons sur les formulations proposées actuellement par les grandes marques de cosmétiques qui se partagent le marché lucratif des teintures capillaires.

 

La composition d’une coloration temporaire ou fugace

 

On en trouve dans le commerce qui portent les noms suivants: Crazy Color, Espresso, Magic Retouch, Hair Chalk, etc..

 

Spray effaceur racines

 

L’utilisation de ce type de cosmétique permet de colorer ses cheveux dans une nuance proche de leur couleur naturelle  avec l’ajout de reflets supplémentaires ou à l’inverse, les cheveux peuvent être complètement « maquillés » avec des tons audacieux tels que du bleu, du violet, du rouge carmin, du rose fluo,…

Voici quelques exemples de listes d’ingrédients issus de cette catégorie de colorations:

  • Coloration fugace en stick: talc, kaolin, mica, propylène-glycol, stérarate de magnésium, synthetic wax, bis-diglycéril polyacyladipate-2, paraffine, isopropyl myristate, lauryl laurate, cyclohexasiloxane, cyclopentasiloxane, phénoxyéthanol, methilparaben, propylparaben, CI 42090, CI 77891

 

  • Coloration fugace liquide: styrène-acrylate copolymer, divinyl dimethicone copolymer, mica, CI 77891, dioxyde de titane, CI 15850/Red 7 Lake, caprylyl glycol, phenoxyethanol, PPG-7, C12-13 pareth-23, C12-13 pareth-3, acrylates/beheneth-25-methacrylatescopolymer, FIL D168826/1

 

  • Coloration fugace en spray: ethanol, sodium lauryl sulfate, cocamide MIPA, filtres UV, nacrants, colorants ( HC Violet 1, HC Yellow 7, Acid Violet 43 , acrylates copolymer, conservateur, cetrimonium chloride, triéthanolamine, parfum, isobutane.

 

Ces colorations temporaires doivent être appliquées directement soit sur cheveux secs, soit juste après rinçage et essorage de la chevelure. Elles contiennent généralement de l’alcool dénaturé (desséchant), des résines synthétiques (dérivés d’acrylates), des tensio-actifs (irritants), des colorants synthétiques (azoïques, anthraquinones, triphénylméthanes, indamines), des silicones (siloxanes, diméthicone), des dérivés d’éthylène ou de propylène-glycol (PEG ou PPG) des conservateurs (parabènes, phénoxyéthanol), du parfum (composition non-révélée). Ces colorations contiennent une grande quantité de composants issus de la chimie du pétrole et des colorants directs azoïques qui peuvent contenir des impuretés toxiques (nitrosamines cancérigènes et métaux lourds toxiques). La plupart de ces composants sont nocifs et/ou irritants. Mais le fait que la coloration soit temporaire minimise le contact cutané à condition de la  réserver pour des occasions ponctuelles. Ces colorations ne pénètrent pas au cœur du cheveu et sont éliminées facilement suite à un ou deux shampooings.

 

La composition d’une coloration semi-permanente ou directe

 

Elles sont vendues en grandes surfaces sous les appellations suivantes: Movida, Tints of Nature, Palette, Herbabrillance, …

On les repère surtout par le fait qu’elles résistent à environ 6 à 8 shampooings et qu’elles sont prêtes à l’emploi, sans mélange à effectuer.Elles donnent aux cheveux des tons plus foncés ou leur rajoutent des reflets.

Ces colorations fonctionnent en partie comme des colorations d’oxydation. La différence avec les colorations permanentes est qu’elles contiennent moins d’agents alcalinisants (ammoniaque). Certaines peuvent même ne contenir ni peroxyde d’hydrogène, ni ammoniaque.Leur mode d’action consiste à déposer des colorants directs sur la cuticule du cheveu et parfois également des colorants d’oxydation sur une petite partie du cortex dans la fibre.

Les colorants utilisés sont les suivants:

  • des colorants azoïques basiques ou acides qui possèdent une grande affinité pour la kératine de la cuticule (Basic Bleu 99, Basic Red 51, Basic Brown 17..) .
  • des colorants nitrés qui vont pénétrer dans la fibre capillaire (amines aromatiques et dérivés d’anthraquinones).
composition coloration semi-permanente
Coloration semi-permanente

 

La solution appliquée sur les cheveux possède un pH alcalin dû en général à la présence d’éthanolamine. Ce pH élevé favorise le gonflement des écailles et la pénétration partielle des colorants précurseurs. Durant le temps de pose de 20 à 30 mn, la présence éventuelle de peroxyde d’hydrogène dans les ingrédients transforme les colorants précurseurs qui ont pénétré à l’intérieur des fibres en colorants définitifs. La chevelure est ensuite rincée et un soin peut être appliqué.

Ce type de coloration contient de nombreux produits toxiques et modifie la qualité des cheveux. Voici quelques exemples de composition de teintures semi-permanentes qui sont vendues actuellement en grandes surfaces ou par internet:

1.Coloration ton sur ton sans ammoniaque:

– oleic acid: acide gras

-benzyl alcohol: solvant/ desséchant

-octyldodecanol: alcool gras, émollient

-cocamide-mipa: émulsifiant, viscosant/ irritant pour la peau

-oleth-30: solvant/ peut contenir des impuretés d’oxyde d’éthylène et de 1,4 dioxane cancérigènes (Cf. Fiche de l’Institut National de la Recherche Scientifique ci-dessous) 

 

Impureté 1,4 dioxane cancérigène 2B
Impureté de 1,4 dioxane cancérigène 2B et incertitudes quant aux  effets durant la grossesse- INRS- Fiche Demeter

 

-hexadimethrine chloride: polymère cationique, anti-statique

-mea-laureth-sulfate: surfactant, amine éthoxylée/ peut contenir des impuretés cancérigènes

-p-aminophénol: colorant absorbé par la peau/ irritant , nocif, peut provoquer des atteintes du système nerveux par exposition chronique

-2-methyl-5-hydroxyethylaminophénol: colorant d’oxydation limité à 2%/ allergisant, peut contenir des nitrosamines cancérigènes

-sodium metabisulfite: agent réducteur, anti-oxydant/ sensibilisant respiratoire et cutané

-toluène-2,5-diamine: amine aromatique, colorant/ toxique par voie cutanée et sensibilisant

-2-methylresorcinol: colorant d’oxydation/ toxique et irritant pour la peau

-isopropanolamine: alcalinisant/ absorbé par la peau, peut provoquer des brûlures

-peroxyde d’hydrogène: oxydant/ absorbé par la peau, corrosif, sensibilisant

-para-methylaminophenol sulfate: colorant d’oxydation/ irritant, sensibilisant, toxique pour le système nerveux, le foie, les reins, la moelle osseuse.

 

2. Coloration semi-permanente sans ammoniaque et sans peroxyde d’hydrogène:

-cethyl alcohol: émulsifiant, émollient, viscosant, tensio-actif/ irritant pour la peau et les yeux

-stearyl alcohol: émulsifiant, émollient, tensio-actif

-stearalkonium chloride: anti-statique, tensio-actif, conservateur/ corrosif, peut provoquer des brûlures

-hydrolised wheat protein: anti-statique, filmogène/ peut être à l’origine de sensibilisation aux protéines de blé

-PEG-100 stearate: tensio-actif/peut contenir des impuretés cancérigènes d’oxyde d’éthylène et de 1,4 dioxane

-cetrimonium chloride: anti-microbien, anti-statique, émulsifiant, tensio-actif/irritant pour la peau et nocif par ingestion

-oleth-10: émulsifiant/irritant pour la peau et les yeux

-phénoxyéthanol: anti-microbien/ éther de glycol nocif, irritant, allergisant et suspecté de reprotoxicité (Cf Agence nationale de la Santé et du Médicament-Mise en garde pour les bébés)

-triethanolamine: agent-tampon, modifie le pH/absorbé par la peau, irritant, allergisant

-ethylhexyl glycerin: anti-microbien, émollient/ irritant et sensibilisant

-polyquaternium-10: anti-statique, filmogène, fixateur/irritant

-Basic Red 76, Basic Yellow 57, Basic Blue 99, Basic Brown 16, Acid Violet 43, HC Blue 15: colorants azoïques et anthraquinoniques/ nocifs et irritants, peuvent contenir des impuretés d’amines aromatiques cancérigènes et de métaux lourds toxiques tels que l’arsenic, le plomb, le mercure

-Aloe Barbadensis leaf juice, Chamomille Flower Extract, Symphytum Officinal Root Extract: jus d’aloe vera, extrait de fleur de camomille officinale, extrait de racines de consoude officinale: extraits végétaux colorants.

Les avantages d’une coloration semi-permanente se résument à ceci:un temps d’application plus court que les colorations par oxydation (de 10 à 30 minutes de pose) et l’absence  d’ammoniaque et parfois de peroxyde d’hydrogène dans les ingrédients.

Dans l’ensemble, elles contiennent de nombreuses substances issues de la chimie de synthèse qui modifient la perméabilité du cheveu et sont susceptibles d’être allergisantes et nocives.

 

La coloration permanente ou d’oxydation

 

C’est la coloration qui résiste le plus longtemps du fait de son mode d’action. La formulation correspondant à la couleur souhaitée est appliquée sur des cheveux non-lavés au préalable.

Durant le temps de pose de 30 à 45 minutes, l’agent alcalin (ammoniaque, éthanolamine) modifie la kératine et permet à l’ensemble des substances chimiques de pénétrer au cœur même des cheveux.

Les molécules d’oxygène issues du peroxyde d’hydrogène dégradent les grains de mélanine qui donnaient sa couleur d’origine au cheveu.  L’oxygène permet également la transformation des petites molécules de colorants précurseurs en nouvelles molécules colorantes différentes. Ces molécules colorantes plus grosses  restent emprisonnées à l’intérieur du cortex et fixent ainsi la teinte définitive des fibres.

La prochaine séance de coloration aura lieu à partir du moment où les « racines » auront repoussé de manière visible. En effet, au bout d’un mois environ, il existe une « ligne de démarcation »  inesthétique entre les nouvelles racines jamais colorées et les « longueurs » qui sont d’une autre teinte.

Une coloration permanente peut être appliquée soit dans un salon de coiffure, soit à domicile. Voici quelques exemples de colorations permanentes qu’on peut appliquer soi-même: Olia, Oleo-Color, Les Naturelles, Préférence,…

 

couleur permanente ingrédients
Coloration permanente oxydative

 

Une coloration permanente oxydative contient les catégories de substances suivantes:

  • un agent alcalin: il s’agit en général d’ammoniaque ou d’éthanolamine. Cet alcalin agit en ramollissant la kératine, ce qui permet à l’eau de rentrer dans les fibres capillaires. Celles-ci gonflent et les écailles s’écartent, laissant les colorants précurseurs et les autres molécules chimiques  pénétrer dans les fibres des cheveux.
  • des colorants de base appelés « précurseurs »: ce sont des substances appartenant à la classe des diamines aromatiques, à celle des diaminophénols ou des aminophénols. A l’intérieur des fibres capillaires, ces colorants précurseurs subissent des transformations chimiques grâce à l’action de l’oxygène provenant du peroxyde d’hydrogène. L’ensemble de ces réactions chimiques permet l’obtention de la « couleur de fond ». Les cheveux blancs sont également colorés durant cette phase.
  • du peroxyde d’hydrogène: il libère des molécules d’oxygène qui dégradent les grains de mélanine d’origine (=décoloration). En parallèle, l’oxygène permet également la transformation  des colorants précurseurs en colorants définitifs à l’intérieur du cortex.
  • des colorants appelés « coupleurs »: il s’agit la plupart du temps de méta-phénylènediamine, de méta-aminophényl, de résorcinol ou d’hydroquinone. Ils ont pour fonction de rajouter des reflets aux cheveux colorés.
  • des tensio-actifs: cocamidopropyl-bétaïne, dodecylbenzene sulfonate,.. Ils facilitent l’étalement et la pénétration des produits et évitent le coulage.
  • des solvants: alcool dénaturé, éthanol, isopropanol, éthers de glycol,..
  • des acides: acide citrique, tartrique, phosphorique. . Ils neutralisent l’agent alcalinisant et ressèrent les écailles en fin de coloration
  • des conservateurs: phénoxyéthanol, digluconate de chlorhexidine, parabènes, phénoxyéthanol, DMDM Hydantoïn, MCIT, MIT,BHT, cetrimonium chloride, sodium benzoate,..
  • des parfums: fragrance, parfum, limonene, geraniol,hexil-cinnamal, eugenol,…
  • des émulsifiants (PEG), des huiles minérales (paraffine, mineral oil), etc…

Toutes ces substances sont dotées d’effets secondaires nocifs qui peuvent être apparents ou non-apparents .

Si vous faites une réaction allergique à l’un des ingrédients de la coloration, vous le saurez rapidement: vous constaterez l’apparition de rougeurs, d’eczéma, de gonflements, de cloques, voir même dans le pire des cas un choc anaphylactique.

En revanche, les effets chroniques irritants, desséchants, la déstructuration de la kératine, le passage des substances toxiques à travers la peau et l’ensemble des effets nocifs ne seront pas forcément visibles dans l’immédiat.

Il faut savoir qu’un pourcentage de chacune des substances utilisées pour les colorations traverse la peau du cuir chevelu et se retrouve dans votre corps. Durant la grossesse, il est préférable de vous montrer prudente et de ne pas utiliser de colorations contenant des molécules nocives. Celles-ci risqueraient de passer dans la circulation générale puis de se retrouver au contact de votre bébé. Ceci est valable également si vous allaitez.

Les études effectuées « au préalable » pour vérifier qu’une molécule chimique ne présente pas de risques trop importants ne sont pas toujours suffisantes pour écarter tout risque de toxicité pour l’embryon ou le fœtus. La majorité des tests est réalisée sur des animaux (lapins, cobayes, rats,…) et sur une durée de temps restreinte. Les tests coûtent cher…

Voici un exemple de substance utilisée dans les produits de coloration et pour laquelle il manque des données:

inrs demeter parabene données insuffisantes
Illustration de l’insuffisance d’études dans le cas d’un parabène- Fiche Demeter de l’INRS

Les effets des différentes molécules entre elles ou « effet-cocktail » ne sont pas connus. Il est pourtant évident que ces substances interagissent et peuvent former de nouveaux composés nocifs. C’est le cas par exemple des colorants élaborés à partir d’amines: ils peuvent donner naissance à des composés nitrés tels que des nitrosamines cancérigènes.

Les colorants -précurseurs et coupleurs- utilisés dans une coloration d’oxydation sont des molécules fortement sensibilisantes. En utilisant ces colorations, le risque de développer un phénomène  allergique est important. Voici un petit tableau de l’Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) qui décrit les effets secondaires de quelques molécules présentes dans ces colorations:

 

tableau inrs
Evaluation et prévention  des risques dans les salons de coiffure/INRS/2004/TC99

 

Pour obtenir des résultats satisfaisants avec une coloration permanente, il est impératif de respecter un temps de pose précis afin que toutes les réactions chimiques nécessaires à l’apparition de la couleur souhaitée soient terminées. Il faut compter en général de 30 à 45 minutes de pose. Ensuite, les cheveux sont rincés en essayant d’éliminer au maximum les résidus de substances chimiques encore présents sur les cheveux et le cuir chevelu. La dernière étape consiste à appliquer sur les cheveux nouvellement colorés un « soin nourrissant ». Celui-ci sera rincé avant séchage et mise en forme de la chevelure. Ce soin est destiné à resserrer les écailles des cheveux et à gainer les fibres à l’aide de graisses et de polymères synthétiques. De cette manière, les cheveux qui viennent d’être colorés paraissent brillants, épais et …en pleine forme!

La plupart des soins-crèmes contiennent les ingrédients suivants:

  •  des solvants: alcools /dégraissants
  • des huiles minérales: mineral oil, paraffine, cetyl esters/ dérivés de la pétrochimie
  •  des tensio-actifs dérivés d’ammonium quaternaire: anti-statiques, démêlants/irritants, sensibilisants
  • des dispersants: dodecylbenzène sulfonate/tensio-actif nocif et irritant
  • des filmogènes: acrylates copolymer, polyquaternium-10/irritants, nocifs
  • des silicones : dimethicone, amodimethicone/occlusifs pour la fibre capillaire
  • des émollients: olive-oil PEG-8 ester/contient des impuretés cancérigènes
  • des conservateurs : chlorhexidine, DMDM-Hydantoïn, BHT, MCIT, MIT, imidazolidinylurée, cetrimonium chloride, parabènes../nocifs, irritants, sensibilisants, cancérigènes ou suspectés d’être perturbateurs endocriniens
  • des parfums: fragrance, limonene, linalool, eugenol, hexyl-cinnamal/irritants et sensibilisants
  • des filtres ultra-violet: camphor benzalkonium methosulfate, ethylhexyl methoxycinnamate/irritant,sensibilisant, perturbateur endocrinien possible

 

Le marketing des colorations classiques

 

Comme vous venez de le voir, les colorations classiques sont des concentrés de molécules dérivées de la chimie du pétrole,toxiques, allergisantes et  certaines d’entre elles présentent des risques cancérigènes .

On peut se demander comment procèdent les fabricants pour nous convaincre d’étaler sur nos cheveux des molécules qui portent de telles mises en garde:

 

PPD

 

ou encore celles-ci:

 

inrs peroxyde d'hydrogène

 

Il faut en effet une bonne dose d’imagination aux directeurs artistiques des services marketing pour transformer des substances dérivées de goudron de houille en crèmes colorantes aux mille vertus. Je ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir les stratégies déployées par les grandes marques pour vous convaincre d’acheter leurs produits.

 

Les leviers du marketing

 

Le premier appât posé sur le kit-couleur mis en vente, c’est la photo. Elle met toujours en scène le visage d’une femme « sublime » aux traits parfaits et à la coiffure resplendissante. Ce type de photos  est réalisé en  studio, avec des mannequins professionnels, maquillés par des spécialistes. Les éclairages sont sélectionnés et disposés de manière à obtenir un portrait flatteur. De plus, il ne faut pas oublier  qu’il existe le logiciel Photoshop qui permet de retoucher les prises de vue si nécessaires !

Autre astuce: vous faire croire que colorer vos cheveux avec ce produit équivaut à faire entrer une touche de merveilleux dans votre vie. Pour cela, les fabricants savent jouer sur le narcissisme des consommateurs. Tels Kââ dans « le Livre de la Jungle », ils vous suggèrent que votre nouvelle couleur va mettre en valeur certaines de vos qualités cachées:

  • une beauté d’exception: en utilisant les qualificatifs « éblouissante, resplendissante, sublime, extraordinaire, somptueuse, chatoyante, exceptionnelle, ultra-brillante, étincelante, … »
  • une sensualité évidente avec les termes « glamour, voluptueuse, vibrante, repulpés, reflets gourmands, soyeuse, douceur, moment de plaisir,.. »
  • une personnalité hors du commun :  » mystérieux, irrésistible, puissante, raffinée, audacieux, passion, élixir, dégradé-sauvage, brun-hypnotique,.. »

En bref, il y en a pour tous les goûts. Les emballages des colorations évoquent également l’idée agréable de la richesse en utilisant des expressions telles que « couleur riche, comme un diamant de 10 carats, tons or, précieux,  des millions de reflets,.. ».

Si vous êtes sensible à ce qui est naturel, votre attention se portera forcément sur les termes suivants: « Naturelles, gelée royale, colorants purs, nectar, vitamines, thé vert, citron, germe de blé, pépins de raisins, fleurs de camélia, aloe vera, argan, soie, infusion,.. ».

L’accent est mis également sur l’aspect sérieux et scientifique de la formulation. Dans ce cas, vous trouvez des mots tels que « technologie micro-huile, céramide, ionène, kératine, brosse-expert, nouvelle technologie, protection avancée,.. ».

Et si vous aimez rêver et…rire, voici quelques exemples d’expressions ou de phrases improbables inscrites sur les emballages des colorations de grandes marques:

– » Sa texture…au parfum délicieusement ensoleillé fera d’elle un véritable moment de plaisir »

-« Cette coloration améliore visiblement la qualité du cheveu »

-« … son délicat parfum de fleurs à savourer… »

-« …des pigments colorants, flatteurs de teint.. »

-« .. des cheveux intensément nourris.. »

-« ..des colorants purs.. »

-« ..pour un confort optimal du cuir chevelu.. »

-« … aide à renforcer la fibre à l’intérieur et en surface.. »

-« .. une infusion couleur diamant.. »

-« ..au nectar de fleurs et aux huiles botaniques. »

 

La réalité des cheveux colorés

 

poupées cheveux colorés
Colorations classiques = cheveux dévitalisés

Comme vous le constatez, les coloristes ont plus d’un tour dans leur sac pour vous inciter à acheter leurs produits. La publicité qui entoure ce type de coloration n’hésite pas à vous faire croire que vos cheveux vont gagner en force, en vitalité et en qualité. Malheureusement, il n’en est rien. Les substances que vous allez appliquer sur votre tête ne sont  bénéfiques ni pour la kératine des cheveux, ni pour le cuir chevelu. Quand vous utilisez des colorations classiques, et en particulier les colorations semi-permanentes ou d’oxydation, vous abîmez vos cheveux:

  • l’agent alcalin dissout le ciment de céramides qui fait le joint entre les écailles de la cuticule. De ce fait, le cortex ou corps du cheveu n’est plus protégé par ces écailles. Il devient perméable à l’eau et à d’autres substances et les cheveux s’emmêlent et ont des fourches. De plus, la surface du cheveu est déstructurée et ne reflète plus la lumière de la même façon.
  • l’agent oxydant détruit les grains de mélanine protecteurs anti-UV et désagrège les ponts disulfures de la kératine du cortex. Les cheveux perdent leur force et leur élasticité en lien avec les propriétés naturelles de la kératine. Ils deviennent rêches et cassants.

De même votre cuir chevelu est mis à rude épreuve puisque les cellules de l’épiderme et du derme doivent supporter durant 30 à 45 minutes à chaque séance de coloration des dizaines de molécules toxiques, irritantes, corrosives , sensibilisantes et plus…

Les fabricants de colorations chimiques le savent bien.Non contents de vous vendre des produits qui déstructurent vos cheveux et constituent une menace pour votre santé, voir celle de votre bébé, les fabricants vous proposent ensuite des « soins » destinés à « réparer » les dégâts causés par leurs produits! Voici en photo quelques produits qualifiés de « réparateurs » en sachant qu’il en existe beaucoup d’autres:

shampooing kératineshampooing raviveur blond

 

 

Et voici à votre gauche le shampooing qui vous apporte de la kératine pour combler les trous provoqués par les produits de coloration!

Et à votre droite, le shampooing qui « nourrit » vos cheveux affamés par les traitements chimiques….

 

Celui-ci me plait également beaucoup de par sa description surréaliste: on vous vend une « infusion de lumière » ou « lumière liquide«  destinée aux cheveux « éteints, en perte de lumière« !

shampooing lumière liquide

En réalité, un cheveux abîmé ne se répare pas.

Les cosmétiques destinés à traiter les cheveux ternes, fatigués, dénutris, fourchus mettent en avant la présence de certains composants tels que: la kératine, les huiles, les céramides, le collagène, les vitamines, les extraits de plantes, etc..qui sont censés « reconstruire » le cheveu. Or, il n’est pas possible de reconstruire des cheveux déstructurés chimiquement .

En réalité, la plupart de ces produits traitants contiennent des silicones qui vont « coller » de la kératine, du collagène, de la cellulose, etc… sur le cheveu. Le cheveu traité paraît donc plus épais, brillant, bref en grande forme!

En fait, c’est seulement une apparence. Le cheveu n’est pas réparé. Les trous sont bouchés et la fibre est gainée avec un mélange d’une infime quantité d’extraits naturels et d’un pourcentage majoritaire de nouveaux produits chimiques: silicones, cellulose, dérivés éthoxylés, nano-particules, parfums, colorants, émulsifiants,etc…

Conclusion: en voulant soigner vos cheveux, vous colmatez seulement les brèches et rajoutez d’autres substances de synthèse nocives!

Les fabricants de ces produits capillaires ont intérêt à ce fonctionnement. Il leur permet de se positionner dans la vente des produits colorants qui abîment les cheveux puis des soins qui sont censés remédier aux dégâts.

A présent j’espère que ce petit topo vous a permis de mieux comprendre les risques que vous faites courir à votre santé et à la beauté de votre chevelure en les colorant avec des colorations « classiques ».

Pendant la grossesse, il est déconseillé d’utiliser ces formulations du fait des incertitudes sur leur toxicité pour votre bébé en gestation. Mais rassurez-vous, tout n’est pas perdu!

Dans le prochain article, vous allez découvrir qu’il existe des colorations naturelles, saines et efficaces que vous pouvez utiliser durant la grossesse si vous souhaitez changer de couleur ou rajouter des reflets pour embellir votre chevelure.

Alors, à très bientôt pour découvrir ces colorations et n’hésitez pas en attendant à faire des commentaires sur cet article ou à demander des précisions!

 

 

 

 

Comment choisir son gel-douche pendant la grossesse

 

049

Choisir son gel-douche pendant la grossesse répond à deux objectifs essentiels en terme de santé environnementale.

Le premier consiste à préserver votre peau des substances irritantes et allergisantes qui pourraient la rendre inconfortable.

Et le second tout aussi important est d’éviter que des molécules nocives et reprotoxiques traversent la barrière cutanée puis celle du placenta et perturbent le développement fœtal (Cf. Article Les ingrédients toxiques dans les produits d’hygiène et de cosmétique).

Heureusement, plusieurs solutions simples  existent pour vous aider à vous protéger vous et Bébé. Les voici… Lire la suite

Les ingrédients toxiques dans les produits d’hygiène et de cosmétique

Bonjour à tous! A présent que vous savez que la peau est un tissu fragile et complexe et qu’il faut en prendre soin, nous allons commencer par faire une petite liste des principales substances toxiques présentes dans les produits habituels d’hygiène et de cosmétique. Cette liste vous aidera par la suite à faire de meilleurs choix lors de vos achats en supermarché ou en magasin spécialisé.

Le but durant la grossesse sera d’éviter que l’application sur votre peau de produits de soins ou de maquillage ne favorise la pénétration dans votre organisme de substances nocives pouvant nuire au développement de votre futur bébé. Ensuite, il faudra continuer à bien choisir vos produits si vous allaitez votre enfant, car de nombreuses molécules chimiques toxiques peuvent être excrétées dans le lait maternel. De même, il faudra prendre des précautions avec les produits d’hygiène destinés aux soins de votre nourrisson car son organisme est plus sensible aux substances toxiques que celui d’un adulte (Voir Page d’accueil Hygiène et cosmétique pour Maman et Bébé).

Hygiène et cosmétique conventionnelle, que de choix en apparence !

Pour commencer, quelles substances retrouve t’on presque systématiquement dans un gel de douche classique?

Pour le savoir, nous allons découvrir la liste INCI des ingrédients qui figure sur l’étiquette d’un gel de douche d’une marque bien connue, plus exactement une Crème Douche Hydratation. Voici cette liste….

  • Aqua: il s’agit simplement d’eau
  • Sodium Laureth Sulfate: tensio-actif ampiphile d’origine synthétique. C’est un agent nettoyant qui agit par désagrégation de la membrane des cellules de la couche cornée. C’est un composé « éthoxylé » qui peut contenir des impuretés d’oxyde d’éthylène,un gaz toxique , irritant, cancérigène et mutagène.
  • Cocamidopropyl Bétaïne: c’est aussi un tensio-actif détergent de synthèse, dérivé de l’huile de coco et de la diméthylamine propylamine. Il est irritant et peut provoquer des lésions oculaires.
  • Glycerin: substance huileuse appelée aussi glycérol. Elle peut provenir des déchets de la fabrication du bioéthanol ou de savons. Elle est plus ou moins raffinée et peut contenir des impuretés. Elle est utilisée en tant qu’humectant, c’est-à-dire qu’elle fait remonter l’eau du derme vers la surface de l’épiderme.
  • Sorbitol: c’est un polyol ou sucre d’amidon ayant fonction d’épaississant et d’humectant.
  • Laureth-2: c’est un tensio-actif détergent , émulsifiant obtenu par éthoxylation. Il peut donc contenir des impuretés toxiques d’oxyde d’éthylène .
  • Coco glucoside: c’est un tensio-actif produit à partir de la noix de coco. Il est irritant pour la peau et les yeux. FS_COCO%20GLUCOSIDE_FDS
    • Parfum: il s’agit d’un parfum de synthèse dont la composition n’est pas révélée et qui de ce fait peut renfermer des molécules néfastes pour l’organisme.
  • Sodium chloride: c’est tout simplement notre sel de cuisine.
  • Sodium benzoate:c’est un conservateur d’origine pétrochimique produit à partir de toluène, de naphtalène, de trichlorobenzène, de vanadium et de soude. A ce titre, il contient des impuretés chimiques dont entre autres des métaux lourds très toxiques tels que le plomb..
  • Citric acid: conservateur produit en laboratoire à partir de moisissures d’Aspergillus Niger. Cette production peut passer par l’emploi de mélasse et d’Organismes Génétiquement Modifiés, ainsi que par l’utilisation d’acide sulfurique.
  • Styrène/Acrylates Copolymer: polymères synthétiques qui forment un film sur la peau, lui donnant ainsi une sensation de douceur. Produits issus de la pétrochimie à partir de molécules de styrène ou d’éthylbenzène. Contient des impuretés de monomères de styrène et d’acrylates irritants et sensibilisants. L’éthylbenzène traverse la barrière du placenta et est excrété dans le lait maternel. Il est suspecté de cancérogénicité (CIRC).
  • PEG-40 hydrogenated castor Oïl: tensio-actif et émulsifiant. C’est un composé éthoxylé dérivé du polyéthylène glycol et de l’huile de ricin. Il est susceptible de contenir des résidus d’oxyde d’éthylène cancérigène et de 1,4 dioxane irritant et suspecté de cancérogénicité.
  • Polyquaternium-7: c’est un viscosant filmogène préparé à partir d’acrylamide et d’ammonium. Il peut contenir des résidus de monomères d’acrylamides irritants.
  • Sodium lactate: conservateur et humectant. C’est un acide faible fabriqué à partir d’acide lactique de mélasse fermentée et de soude
  • Prunus amygdalus dulcis Oïl Bio: adoucissant, huile d’amandes douces produite en agriculture biologique.
  • Maltodextrin: texturant fabriqué à partir d’amidon.
  • Tetrasodium glutamate diacétate: chélatant, séquestrant, conservateur.Il est irritant pour la peau
  • Extrait de coton: adoucissant extrait d’une partie de la graine de coton.
  • Hexyl cinnamal: agent masquant d’origine synthétique, il sert à masquer les odeurs indésirables. Composé irritant et allergène à déclaration obligatoire.
  • Citronellol, Geraniol, Limonène, Linalool: molécules aromatiques parfumantes extraites à l’aide de solvants organiques ou produites par synthèse à l’aide de catalyseurs. Elles peuvent contenir des résidus de fabrication tels que des métaux lourds (nickel, cobalt, palladium, aluminium,..) et des solvants (hexane, pentane, dichlorométhane,…). Sont irritants et sensibilisants et font partie des substances allergènes à déclaration obligatoire.
  • Coumarin: molécule parfumante extraite de plantes à l’aide de solvants organiques ou produite par synthèse à partir d’aldéhyde salicylique et d’acide malonique. Présente une toxicité hépatique par ingestion. Substance  allergène à déclaration obligatoire (Annexe III de la Directive européenne 2003/15/CEE)
  • Benzyl salicylate: additif-solvant des muscs synthétiques. Figure sur la liste des 26 substances reconnues comme allergisantes.
  • Butylphényl Méthylpropional: agent masquant d’odeur, d’origine synthétique. Figure sur la liste des 26 substances allergènes à déclaration obligatoire.

Comme vous l’avez constaté avec cette liste, se laver n’est pas un geste aussi anodin qu’il y paraît. Dès lors que vous utilisez un gel douche « classique », vous mettez votre peau en contact avec de nombreuses substances chimiques dont une partie restera dans votre épiderme ou dans votre derme ou se distribuera dans tout votre organisme même après vous être rincée. Ensuite, ce sera à votre peau ou à vos organes excréteurs (foie et rein) de se débrouiller pour gérer au mieux les effets complexes de ces substances. Pour que vous puissiez plus facilement vous y retrouver dans la jungle de ces molécules, je vous propose une liste des  principales catégories de substances nuisibles que vous mettez en contact avec votre peau lorsque vous utilisez des produits lavants « classiques ».  Voici ce qu’on peut trouver dans la  formulation d’un gel bain-douche en crème, lait ou pâte:

des tensio-actifs: ce sont des substances détergentes qui ont pour propriété de pouvoir disperser les corps gras dans  l’eau et de permettre l’élimination des salissures grasses avec l’eau de rinçage. Du fait que ce sont des molécules ampiphiles, elles peuvent aussi servir de stabilisants d’émulsions, d’agents mouillants, dispersants et moussants ou d’émulsifiants. Elles agissent sur la couche cornée de l’épiderme en dénaturant la membrane des cellules kératiniques. De ce fait, les tensio-actifs ont pour effets secondaires d’être irritants et d’augmenter la perméabilité cutanée aux autres substances toxiques. De plus, ils altèrent la capacité de l’épiderme à retenir l’eau et rendent ainsi la peau sèche et rêche. Les tensio-actifs sont classés en quatre catégories principales: les anioniques, les cationiques, les non-ioniques et les amphotères.

  • les tensio-actifs anioniques: sodium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate, laurylsulfate de triéthanolamine, dioctylsulfosuccinate de sodium, dodécylsulfate de sodium, ammonium lauryl sulfate, ammonium cocoyl isethionate, sodium cocosulfate, TEA PEG-3 Cocamide sulfate,…
  • les tensio-actifs cationiques: sels d’ammoniums quaternaires, sels d’alkyltriméthylammonium, ammonium chloride, chlorure de benzalkonium,, cetrimonium bromide, behentrimonium méthosulfate, imidazolinium methylsulfate,…..
  • les tensio-actifs amphotères: cocamidopropylbétaïne, cocobétaïne, cocamidopropyl hydroxysultaine, lauramidopropylbétaïne, lauryl/myristyl amidopropylamine acide
  • les tensio-actifs non-ioniques: lauryl glucoside, cocamide MEA, cocamide DEA, glyceryl caprylate, caprylic/capric glucoside, lauryl glucoside, coco glucoside, PEG-200 glyceryl stearate, ..En général, la composition d’un produit nettoyant du type « gel douche-bain » nettoyant ou moussant nécessite la présence d’un tensio-actif anionique servant de détergent, associé à un ou deux co-tensio-actifs amphotères ou non-ioniques qui sont censés atténuer les effets desséchants et agressifs du détergent. La majorité des tensio-actifs de synthèse sont des substances dites « éthoxylées », c’est-à-dire qu’elles sont fabriquées à l’aide d’un gaz appelé oxyde d’éthylène. De ce fait, elles peuvent contenir des impuretés de molécules d’oxyde d’éthylène et de 1,4 dioxane, toutes deux  toxiques, irritantes et reconnues comme ayant un potentiel cancérigène. Certains tensio-actifs non-ioniques tels que le cocamide ou le lauramide DEA ou TEA peuvent contenir des impuretés de diéthanolamine qui est elle aussi une molécule irritante ,suspectée de cancérogénicité. Le cocamidopropylbétaïne est un tensio-actif amphotère qu’on retrouve dans la majorité des gels de douche classiques. Il est susceptible d’être contaminé au cours de sa fabrication par la 3-diaminopropylamine (DMAPA), une molécule irritante et sensibilisante, à l’origine d’eczéma.

des huiles et cires minérales: ce sont des substances qui ont pour fonction de servir à la fois d’excipients, de liants, de viscosants, de solvants, d’émollients, d’hydratants et d’anti-statiques. Elles sont issues du raffinage de produits pétroliers. Elles sont censé hydrater la peau et lui donner un toucher soyeux. Sur la liste des ingrédients, elles apparaissent sous les dénominations suivantes: Mineral oil, cera microcristalline, synthetic wax, paraffin, petrolatum, ceresin, ozokerite, vaseline, cire synthétique,.. Etant donné qu’elles sont obtenues par le raffinage poussé d’hydrocarbures , elles peuvent être contaminées par des métaux lourds tels que l’arsenic et le plomb ainsi que par des molécules d’ hydrocarbures aromatiques polycycliques. Certains de ces HAP, par exemple le benzo(a)pyrène sont des cancérigènes avérés. L’application d’huiles ou de cires minérales sur la peau a pour effet de former un film occlusif qui empêche l’évaporation naturelle appelée perspiration. L’eau qui ne peut plus sortir de la peau reste stockée dans l’épiderme ce qui fait gonfler les cellules du stratum corneum. Ce phénomène  est à l’origine de l’effet repulpant et émollient que l’on ressent en touchant sa peau quelques temps après l’avoir enduite de ces huiles minérales. Le film étanche résultant de l’application de ces huiles bloque le phénomène de respiration de la peau et empêche l’élimination de déchets tels que les débris de cellules kératiniques ainsi que celle de l’urée et des phosphates excrétés par les glandes sudoripares. Les huiles minérales tapissent l’intérieur des matrices des  follicules pilo-sébacés et bloquent la sécrétion du sébum, entraînant la formation de comédons. De plus, ce blocage de la sécrétion sébacée entraîne une modification du film hydro-lipidique tant au niveau de sa composition qu’au niveau de son pH. La peau résiste donc moins bien aux agressions chimiques et bactériologiques.  Un autre effet dérangeant de ces huiles est dû à l’ augmentation excessive du taux d’humidité de la peau par un film gras occlusif . Ceci a pour conséquence le gonflement des cellules kératiniques de l’épiderme, favorisant ainsi le passage intercellulaire vers le derme et l’hypoderme des autres molécules présentes en même temps dans les produit d’hygiène ou de cosmétique . Ces huiles augmentent ainsi la perméabilité de la peau aux substances chimiques toxiques.

des humectants: il s’agit de substances utilisées pour conserver l’humidité soit dans les produits cosmétiques, soit dans les couches superficielles de l’épiderme. Sur la liste INCI, on les retrouve sous les termes suivants: glycerin, glycerol, sorbitol, propylène-glycol, ethoxydiglycol ou DEGEE, lauryl-PCA, acide lactique, sodium lactate, butylène glycol,TEA lactate, urea, xylitol, PEG-6, PEG-8, PEG-12,PEG-20, PEG-32,…Certains de ces humectants sont des dérivés de sucres tel que le sorbitol obtenu à partir d’amidon.L’acide lactique et le sodium lactate sont fabriqués à l’aide de la fermentation de substances organiques. Le propylène glycol dérivé de l’oxyde de propylène est considéré comme un irritant cutané léger. L’éthoxydiglycol encore appelé DEGEE est un éther de glycol soupçonné d’un certain nombre de méfaits.

Ether de glycol: le DEGEE

En effet, il contient en général un pourcentage de résidus d’oxyde d’éthylène qui est un gaz cancérigène nocif. L’incorporation de DEGEE dans les cosmétiques est légalement restreinte du fait qu’il est considéré comme un irritant cutané, nocif pour le système rénal et le système nerveux central. Il traverse facilement la barrière cutanée pour se retrouver dans tout l’organisme, voir même jusqu’au fœtus en cas de grossesse. Il augmente le taux de pénétration des autres substances chimiques présentes sur la peau. Les PEG-6, -8, -12 etc… sont des composés éthoxylés qui jouent à la fois les rôles d’humectants et de solvants. Ils sont susceptibles de contenir eux aussi des traces d’oxyde d’éthylène et de 1,4 dioxane potentiellement nocifs et cancérigènes.

des dérivés de silicones: ce sont des polymères obtenus à partir de silicium et de chlorure de méthyle. On les retrouve sur l’étiquette sous l’appellation cyclopentasiloxane, diméthicone, DMPS… On les reconnaît dans la liste des ingrédients par leur terminaison qui finit par -siloxane ou -cone. Ils ont pour fonction de former un film à la surface de la peau ou du cheveu. Ce sont des « conditionneurs », lubrifiants, émulsifiants et parfois aussi des anti-moussants. Ils peuvent contenir un pourcentage de résidus d’autres cyclosiloxanes appelés siloxanes D4 et D5. Le siloxane D4 est absorbé par la peau . Sur la fiche de l’INRS, il est assorti de la mention « Nocif par ingestion- Risque possible d’altération de la fertilité ». Le siloxane D5 est irritant pour la peau. Il est susceptible de causer des séquelles hépatiques et des cancers utérins chez l’animal.

des épaississants: ils sont destinés à donner plus de »corps » au produit d’hygiène et parfois aussi à lui donner une consistance de gel. C’est le cas de l’ingrédient hydroxyéthylcellulose qui est un polymère obtenu par action d’oxyde d’éthylène ou d’éthylène chlorhydrine sur de la cellulose. Il peut contenir des résidus d’oxyde d’éthylène nocif. D’autres molécules peuvent être utilisées pour épaissir le produit cosmétique, comme par exemple les polysorbates, le carbomer, l’hydroxyéthylacrylate, les acrylates copolymer, le PEG-200 glycéryl stearate,… Le problème de ces polymères résulte en partie du fait qu’ils contiennent des résidus nocifs, même si celles-ci sont présentes en très petites quantités. C’est le cas des PEG qui peuvent contenir des monomères d’oxyde d’éthylène et de 1,4 dioxane. Les acrylates copolymer sont susceptibles d’être contaminés par des molécules d’acrylate de 2-éthylhexyle qui est irritant et sensibilisant. Les polysorbates sont des dérivés éthoxylés du sorbitol et peuvent contenir des impuretés d’oxyde d’éthylène, de 1,4 dioxane et de métaux lourds. Ces différentes molécules peuvent être absorbées par voie percutanée.

des ingrédients supplémentaires: le produit d’hygiène peut contenir certains ingrédients tels que des actifs, des vitamines, des minéraux, etc…Ces ingrédients sont rajoutés pour que le fabricant puisse mettre en avant certaines propriétés telles que l’hydratation, la fraîcheur, l’aspect nourrissant ou naturel du gel ou du savon. Bien entendu, l’objectif est d’attirer l’attention du consommateur sur le produit afin qu’il le choisisse parmi des dizaines d’autres. Voici quelques-uns de ces ingrédients: des extraits de fruits, de fleurs, de plantes, du lait, du germe de blé, des vitamines B,C ou E, des oligo-éléments, du sel de mer, du miel, des polyphénols, des huiles d’amandes douces, de macadamia, d’olive, de tournesol,… et des huiles essentielles, du thé vert, du houblon, des flavonoïdes, etc.. Ils apparaissent sur l’étiquette sous les termes suivants : citrus flower extract, verbena officinalis leaf extract, aloe barbadensis leaf extract, magnolia officinalis bark extract, equisetum arvens extract, citrus limon oil, helianthus annuus hybrid oil, gossypium herbaceum extract,  honey, vitis vinifera seed oil, lactoglobulin, vitamin B,… En réalité, ces ingrédients sont présents en quantité réduites dans les gels de douche. Ils n’ont pas d’action bénéfique  réelle sur la peau. De plus, en fonction de la méthode qui a permis de les obtenir, ils peuvent contenir des impuretés toxiques. Si l’extraction s’est faite à l’aide de solvants organiques, l’extrait de fruit, de fleur, de plante  ou l’huile peuvent être accompagnés de résidus d’hexane ( irritant, nocif et suspect de reprotoxicité), d’éthanol, de propylène glycol.

des parfums : la grande majorité des produits d’hygiène contient des parfums. Ceux-ci sont généralement d’origine synthétique. Ils apparaissent sur l’étiquette des produits sous la dénomination parfum/fragrance . Cette dénomination recouvre d’innombrables compositions tenues secrètes par les fabricants. Les seules molécules de parfum qui apparaissent sur l’étiquette sont celles qui sont reconnues officiellement  comme étant  sensibilisantes et doivent obligatoirement être inscrites en toutes lettres pour que le consommateur en soit averti. Il en existe 26 pour l’instant et la loi oblige à les mentionner ( Cf Annexe III de la Directive européenne 2003/15/CEE) si elles sont présentes à  plus de 0,001% dans les produits non-rincés ou à plus de 0,01% dans les produits rincés. Parmi ces 26 molécules, on retrouve les citronellol, linalool, lilial, coumarin, geraniol, cinnamal, benzoate de benzyle, alcool benzylique, etc… Il faut savoir également que l’industrie des parfums dispose de plus de 2500 molécules différentes pour créer des odeurs. Ces molécules sont issues pour la plupart de  synthèses pétrochimiques ou d’hémisynthèses à partir d’extraits de plantes modifiés. Lorsqu’un gel ou lait de douche fait mention d’un ingrédient parfumant sur son étiquette comme par exemple des fruits ou des fleurs,  cela signifie seulement que l’industriel a incorporé un pourcentage infime de cette plante dans le produit. En réalité, l’odeur que vous allez percevoir en utilisant le gel nettoyant ne provient pas de l’extrait de fleur ou de fruit mais de l’ensemble des substances chimiques cachées sous le terme de « Parfum/fragrance ». Lorsque vous examinez la liste des ingrédients inscrits sur l’étiquette par ordre décroissant de quantités, vous constatez que le terme « Parfum » apparaît très tôt dans la liste, alors que le ou les extraits de plantes n’apparaissent que vers la fin de cette liste.  Des odeurs telles que « jasmin, pêche de vigne, fleur d’oranger, noix de coco, monoï, pomme, lait de coton, framboise, abricot, magnolia, etc… »  émanent en réalité de substances chimiques complexes créées en laboratoire à partir de produits toxiques qui au final se retrouvent sur votre peau. Voici quelques exemples de ces molécules odorantes créées par les chimistes à partir d’hydrocarbures :

  • des muscs polycycliques: altone, tonolide, galaxolide ou HCCB, traséolide, célestolide,.. Ces molécules issues de produits de raffinerie tels que le naphtalène et le benzène sont à l’origine de senteurs boisées, florales et fruitées. Elles sont irritantes et nocives et capables de passer dans le lait maternel . Elles sont suspectées d’inhiber les défenses cellulaires en favorisant le passage dans les cellules de substances étrangères (xénobiotiques) . Le galaxolide s’est révélé faiblement perturbateur endocrinien in-vitro.
  • des muscs macrocycliques: habanolide, muscenone, exaltolide…L’habanolide a une odeur proche du cacao, le muscenone dégage une odeur de « peau de bébé » et l’exaltolide également avec un supplément d’odeur de mûre. Malheureusement, ces molécules sont irritantes pour la peau et les yeux. Elles peuvent également contenir des résidus de fabrication tels que le mercure et le bromme qui sont très toxiques.
  • des muscs nitrés: les muscs xylène et cétone en particulier. Ils sont soumis à des restrictions de concentration dans les cosmétiques du fait de leur nocivité. Le musc xylène est classé comme cancérigène possible .  Tous les deux sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Ces muscs peuvent être absorbés par voie orale, cutanée ou par inhalation. Ils sont stockés dans les tissus lipidiques et dans le lait maternel.
  • le butanoate d’éthyle: c’est un ester qui possède une odeur fruitée mais il est irritant pour les yeux, la peau et les voies respiratoires;
  • la vanilline: elle est produite à partir de gaïacole et d’acide glyoxylique. Elle contient des impuretés de 6-chlorovanilline.
  • le 2-phényléthanol: il émet des effluves de rose et de jacinthe mais il est synthétisé à partir de benzène et d’oxyde d’éthylène, tous deux cancérigènes. Il est suspecté d’être toxique pour la grossesse et pour la fertilité (classification GHS).
  • l’acétate de benzyle: il sent le jasmin.
  • le benzaldéhyde: c’est l’odeur d’amande amère en réalité obtenue à partir de toluène. Il est classé comme irritant pour les yeux et les voies respiratoires;
  • l’acide éthanoïque: il est à l’origine de l’arôme « poire » en association avec le pentane 1-ol et peut contenir des résidus de mercure et de brome. Il est classé comme étant corrosif.
  • le butanoate et l’éthanoate d’éthyle: associés à l’acide bentanoïque, ils permettent de produire l’arôme « ananas », à l’aide d’hydroxyde de soude et d’acides sulfurique et chlorhydrique.
  • l’acide butanoïque: il est absorbé par les voies respiratoires et provoque des irritations et des brûlures.
  • le cinnamate de benzyle: c’est une molécule de senteur épicée, florale et fruitée. Elle est irritante pour la peau et les yeux ,nocive et sensibilisante.
  • l’aldéhyde C16: c’est un parfum synthétique de fraise
  • l’aldéhyde C18: il recrée l’odeur de la noix de coco à partir d’acides malonique et sulfurique.

La synthèse de toutes ces molécules odorantes requiert l’utilisation de catalyseurs nocifs qui peuvent aussi être présents sous forme de traces de ruthénium, de molybdène, de cérium, d’argent, etc..Les fragrances peuvent être conservées à l’aide différents solvants dont l’éthanol et le diéthyle phtalate ou DEP.

des conservateurs: ce sont des substances destinées à réduire la contamination des produits par les germes, les levures ou les moisissures. Les conservateurs ont également pour fonction d’empêcher le rancissement des dérivés lipidiques présents dans les produits concernés. Voici quelques-uns de ces conservateurs que vous avez probablement déjà repérés sur les étiquettes: MIT/CMIT (Méthylisothiazolinone/ Chlorométhylisothiazolinone), phénoxyéthanol, imidazolidinylurée, DMDM-Hydantoïne, BHT, parahydroxybenzoate de méthyle, parahydroxybenzoate de propyle, triclosan, gluconate de chlorhexidine,.. Les conservateurs destinés à éviter les contaminations microbiennes sont appelés des biocides. Parmi ceux-ci, on trouve le gluconate de chlorhexidine, les mélanges MIT/CMIT dérivés de l’isothiazolinone, le phénoxyéthanol qui est un éther de glycol, les phénols incluant les parabènes (parahydroxybenzoates) et le triclosan, les libérateurs de formaldéhyde ( le DMDM-Hydantoïne, l’imidazolidinylurée, le bronopol appelé aussi 2 bromo-2 nitro-propane- 1,3 diol), le chlorure de benzalkonium, etc.. La plupart de ces biocides présentent des caractères de toxicité.

  • MIT/CMIT: ces dérivés d’isothiazolinone sont cytotoxiques par inhalation, ingestion et contact cutané. Ils sont sensibilisants et provoquent des dermites allergiques. Le MIT a été élu « Allergène de l’année » aux Etats-Unis en 2013.Il est aussi suspecté d’effets neurotoxiques (Fiche toxicologique MIT/CMIT de l’INRS)
  • Phénoxyéthanol: c’est un éther de glycol connu sous l’abréviation EGPhE. Il est classé comme  nocif, irritant et allergisant. Il traverse facilement la barrière cutanée et peut avoir des effets neurotoxiques et reprotoxiques. Il est donc particulièrement déconseillé pour les femmes enceintes et les enfants en bas-âge.
  • les libérateurs de formaldéhyde: bronopol, DMDM-Hydantoïne, imidazolidinylurée sont toxiques, allergisants, sensibilisants et suspectés de cancérogénicité.
  • les parabènes: les parahydroxybenzoates de butyl, méthyl, propyl et éthyl sont des esters de l’acide 4-hydroxybenzoïque. Ils traversent la peau et sont susceptibles d’être à l’origine d’allergies. Ils sont suspectés de cancérogénicité. De plus, l’exposition des femmes enceintes aux parabènes perturbe la croissance des garçons durant la période fœtale et les premières années de vie ( Dossier de l’Inserm sur les perturbateurs endocriniens en 2014).
  • le triclosan: c’est aussi un phénol utilisé en tant que biocide et déodorant. C’est une molécule classée comme toxique. Elle est capable de traverser la barrière du placenta , de même qu’elle peut être excrété dans le lait maternel. Le triclosan est suspecté comme les parabènes de perturber la croissance des garçons.
  • le chlorure de benzalkonium: il est fortement irritant et sensibilisant.

Certains conservateurs ont pour fonction principale d’être des anti-oxydants, c’est-à-dire qu’ils empêchent les matières grasses (huiles, cires, beurres..) de rancir. Certains sont dits « naturels ». C’est le cas de certains tocophérols. D’autres sont d’origine synthétique, c’est-à-dire entièrement issus de l’industrie pétrochimique. Parmi ces derniers, les plus fréquemment utilisés dans les cosmétiques sont le BHA, le BHT et les gallates de propyle, d’octyle et de dodécyle. Ils ne sont pourtant pas dépourvus d’effets délétères.

  • le BHT: c’est l’abréviation pour butylhydroxytoluène. Dans les études effectuées sur l’animal, il est toxique pour le foie, les poumons, les reins et le système reproducteur.Chez l’Homme, il est classé comme étant nocif et irritant pour la peau et les yeux.
  • le BHA: c’est l’abréviation pour butylhydroxyanisole. La réglementation des produits chimiques le classe comme irritant pour la peau et les yeux et comme carcinogène de catégorie 2.
  • les gallates d’octyl, de propyle et de dodécyle: ce sont des dérivés de l’octanol. Ils sont nocifs et susceptibles de provoquer des allergies cutanées.

des colorants: ils sont la plupart du temps situés en fin de liste sur l’étiquette. Ils apparaissent sous le code CI qui signifie  » Colour Index », suivi de 5 chiffres. En voici quelques exemples: CI 15510, CI 17200, CI 16035, CI 42090, CI 77891, etc..Ils sont parfaitement inutiles en ce qui concerne le lavage du corps et ne servent qu’à distraire le consommateur.

hygiene 005
Colorant azoïque Bleu Brillant FCF ou CI 42090

 Certains de ces colorants peuvent être d’origine semi-synthétique mais la plupart d’entre eux sont issus uniquement de la synthèse de dérivés pétrochimiques. La majorité des colorants utilisés dans la formulation des produits d’hygiène sont des colorants dits « azoïques » car ils ont un rendu excellent dans les couleurs vives. Ils sont synthétisés à partir de molécules intermédiaires appelées « amines aromatiques primaires » telles que les arylamines et les hydrocarbures aromatiques azotés. Tous les colorants azoïques contiennent un pourcentage d’impuretés toxiques comprenant des amines aromatiques primaires ainsi que des métaux lourds  issus des procédés de fabrication (arsenic, mercure, plomb, cadmium). Une grande majorité de ces amines sont considérées comme cancérigènes ou suspectées d’être cancérigènes. Elles sont aussi à l’origine d’irritations et d’allergies. Lorsque des colorants azoïques sont au contact de la peau, ils peuvent également se redécomposer en amines aromatiques primaires par coupure chimique, enzymatique ou bactérienne. Ces amines cancérigènes peuvent ensuite pénétrer dans l’organisme par  voie percutanée. Voici à la suite quelques-uns de ces colorants que l’on retrouve très fréquemment dans les gels de douche classiques:

  • CI 14720: Rouge Azorubine ou Acid Red 14 – colorant azoïque- irritant
  • CI 15510: Acid Orange 7- Azoïque- Irritant, allergisant- A l’origine de lésions hépatiques chez l’animal.
  • CI 16035: Rouge Allura- Azoïque
  • CI 17200: Rouge- Acid Red 33- Azoïque- Irritant
  • CI 15985: Jaune Orangé Sunset- A l’origine d’allergies- Contient des impuretés du colorant Sudan, lui-même considéré comme mutagène et cancérigène catégorie 3.
  • CI 16255: Rouge cochenille- Azoïque
  • CI 19140: Jaune tartrazine- Azoïque-Sensibilisant cutané- Nocif.
  • CI 42051: Bleu patenté V- Azoïque-Allergisant
  • CI 42090: Bleu Brillant FCF ou Acid Blue 9- Irritant pour la peau et les yeux- Suspect de cancérogénicité- Nocif.

Comme vous venez de le constater, les nombreux composants d’un gel de douche ou de bain classique , dotés de propriétés soi-disant favorables à la peau, sont en réalité des substances chimiques irritantes pour la plupart, possiblement sensibilisantes et parfois même cancérigènes ou toxiques pour la reproduction. Il n’est donc pas conseillé d’utiliser ce type de produits au minimum pendant toute la période de la grossesse et de l’allaitement afin de protéger votre bébé.

Dans le prochain article, nous allons voir quelles sont les solutions les plus simples, voir les moins coûteuses pour éviter de se laver avec des dérivés contaminés de la pétrochimie.