A propos de moi

Depuis toujours passionnée par le fonctionnement du corps humain et les mécanismes biochimiques qui lui permettent de s’adapter à son environnement , j’ai associé ce centre d’intérêt à l’envie d’aider tous ceux qui m’entourent à rester en bonne santé.

C’est ainsi que j’ai choisi la profession d’infirmière que j’ai exercée en hôpital durant plusieurs années.

Par la suite, devenue mère de trois enfants, je me suis rendue compte que la santé des tout-petits représentait une lourde préoccupation pour les parents et cela m’a donné envie de les aider en mettant mes compétences à leur disposition.

J’ai repris des études et obtenu le diplôme d’infirmière-puéricultrice qui m’a permis de pratiquer cette profession durant plusieurs années  en milieu hospitalier .

Au final, j’ai constaté qu’en terme d’efficacité, il était toujours plus intéressant de privilégier l’aspect préventif pour favoriser la bonne santé des tout-petits.

J’ai donc quitté l’hôpital et intégré différentes structures en lien avec la Protection Maternelle et Infantile. Travailler au sein de telles structures m’a permis d’intervenir directement auprès des parents pour leur apporter les connaissances nécessaires à la Prévention au quotidien, en partenariat avec des équipes de professionnels tels que des sage-femmes , des kinésithérapeutes, des médecins, des psychomotriciens, etc.

Depuis quelques années cependant, les services de Santé Publique ont constaté l’augmentation de certaines pathologies chez les enfants. C’est le cas des allergies alimentaires qui sont devenues monnaie courante chez les tout-petits. C’est le cas également de diverses maladies liées aux polluants: qui n’a jamais  entendu parler des méfaits du bisphénol A, des éthers de glycol et des perturbateurs endocriniens ainsi que des pesticides, des colorants azoïques et des Composés Organiques Volatils ? Toutes ces molécules sont à l’origine ou participent à l’augmentation des troubles de la reproduction et de l’immunité, des malformations génétiques, de l’asthme, de l’urticaire, des nouvelles maladies neurodégénératives et des multiples cancers.

Face à cette « invasion » de molécules indésirables dans l’environnement quotidien , il m’a semblé nécessaire de rendre aux parents leur place d’acteurs principaux de la santé de leurs enfants.

Pour cela, il fallait créer un nouvel outil à la fois complet et pratique pour que les parents puissent agir en prévention avant l’arrivée de leur bébé.

C’est la raison pour laquelle j’ai rédigé le guide pratique « Protégez la santé de votre bébé en évitant les polluants« . Il est issu de quatre années de recherches scientifiques et de rédaction pour mettre en forme les solutions existantes les plus fiables. Il est publié sous forme d’e-Book sur Amazon au format adaptable e-PUB.

Pour compléter ce guide et répondre à vos questions spécifiques, j’ai naturellement pensé à ce blog interactif.

Son objectif est de mettre à jour les informations dont vous avez besoin pour préserver vos enfants des polluants nocifs présents dans les aliments, les cosmétiques, les textiles, les jouets, les meubles, etc.. en bref dans tout ce qui vous entoure à votre domicile.

Les futures mamans auront tout intérêt à prendre des précautions particulières dès le début de leur grossesse. De même, les futurs papas seront particulièrement impliqués lors du choix et de la mise en oeuvre des matériaux décoratifs destinés à la chambre de Bébé.

Le choix des articles publiés se fera en fonction de l’actualité, des nouvelles découvertes en matière de santé environnementale mais également aussi en tenant compte de vos centres d’intérêt. Si vous souhaitez obtenir des éclaircissements sur un sujet qui vous tient à cœur, n’hésitez pas à me contacter pour que je rédige un article sur le thème choisi.

En attendant de vos nouvelles, je vous dis « A très bientôt les mamans et les papas »!

16 commentaires sur “A propos de moi

  1. Félicitations pour cette heureuse initiative, qu’elle puisse convaincre ceux qui ne le sont pas encore et aider les autres.
    Jolie photo.
    Continuez…

    J'aime

  2. Je découvre votre blog avec grand plaisir! J’ai pris conscience de l’importance de ces gestes préventifs et salutaires à ma première grossesse et je continue de m’éduquer avec beaucoup d’intérêt. Merci pour votre descriptions et vos recherches.

    J'aime

  3. bonjour, je tombe sur votre site et impossible pour moi de télécharger via amazon votre guide car j’habite aux Etats-Unis : y a t -il un moyen de vous le commander directement ? votre site est une mine d’or

    J'aime

  4. Merci beaucoup pour ce blog très inspirant et très riche ! Une véritable mine d’or, merci pour tout ça !
    Puisque nous pouvons proposer des sujets, je me permets de le faire 😉
    Nous aimerions trouver des conseils éclairés sur le choix d’une vitamine D à donner à nos enfants ainsi qu’une étude sur les crèmes solaires. Merci et très belle continuation ! Bien cordialement.

    J'aime

    • Bonjour Sandra,
      Merci également à vous pour vos encouragements.

      Je vais essayer de répondre tout d’abord au sujet de la vitamine D.
      Les pédiatres prescrivent la vitamine D aux enfants de 0 à environ 5 ans pour « prévenir » le rachitisme.

      De 0 à 18 mois, l’enfant en bas-âge est supplémenté en général par une dose quotidienne d’un certain nombre de gouttes d’une préparation pharmaceutique contenant de la vitamine D. Ce sont les parents qui la donnent tous les jours.
      De 18 mois à environ 5 ans, le pédiatre prescrit une dose « de charge » d’une grosse quantité de vitamine D à l’entrée de l’hiver (une ampoule) et une dose de charge à la sortie de l’hiver. Ces deux doses sont données directement dans la bouche de l’enfant par le pédiatre qui en colle la preuve dans le carnet de santé. Ces doses constituent une réserve pour l’enfant pendant les mois d’hiver où la lumière est plus rare car la production de vitamine D par l’organisme lui-même est en lien avec un ensoleillement suffisant.
      J’ai examiné quelques préparations pharmaceutiques de vitamine D et il en ressort ce qui suit:
      – Le Stérogyl (gouttes) contient de la vitamine D2 avec un excipient qui est l’hydroquinone. Cette hydroquinone est classée comme substance nocive, allergisante et pouvant présenter des risques de favoriser des anomalies génétiques.
      – L’Adrigyl (dose de charge): il s’agit de vitamine D3 avec entre autres un excipient (anti-oxydant) appelé butyl hydroxytoluène ou BHT. Ce BHT est suspecté d’être un perturbateur endocrinien, pouvant également provoquer des allergies et il est signalé comme toxique à certaines doses.
      – Le ZymaD (gouttes):il contient de la vitamine D3 et entre autres des macrogolglycérides (émulsifiants éthoxylés) sur lesquels je n’ai pas trouvé de renseignements précis.
      Parmi ces trois préparations, la moins à risques me semble être le ZymaD mais vous pouvez demander à votre pédiatre ce qu’il en pense.

      Concernant les enfants de plus de 5 ans, la société de pédiatrie insiste à présent pour que même eux soient supplémentés jusqu’à 18 ans alors que le rachitisme est une maladie qui a cours principalement avant 5 ans. Il est fort possible que les aliments que nous consommons actuellement et qui sont issus de l’industrie alimentaire ne contiennent plus beaucoup de nutriments actifs essentiels au bon fonctionnement du corps.
      Il me semble (c’est mon opinion) que le mieux après 5 ans est d’absorber la vitamine D de la manière la plus naturelle possible, c’est-à-dire en consommant des huiles végétales biologiques. Par exemple, l’huile d’amandes, d’arachides, d’avocat, d’olive, de colza qui en contiennent de très grandes quantités. (Cf la table Ciqual de l’ANSES).
      Evitez les huiles de poisson car les produits de la mer sont très contaminés par divers polluants.
      Evitez également les aliments supplémentés en vitamines car ce sont des molécules synthétiques dont on ne connaît pas réellement ni l’efficacité ni la nocivité, ni le risque d’accumulation toxique pour les reins par exemple.

      D’autre part, je vous remercie de proposer un sujet d’article prochain. Il se trouve que j’envisageais justement de faire un petit résumé sur les moyens dont disposent les mamans pour protéger les enfants des effets néfastes des rayonnements solaires. C’est un sujet complexe car les produits de protection sont en général remplis de substances à risques mais je vais essayer de faire cet article en vous donnant les infos dont je dispose actuellement.
      En attendant, je vous souhaite un bon dimanche Sandra!

      J'aime

      • Bonjour Andrée. Merci à vous pour toutes ces informations !

        J’ai tout de même omis de préciser que nous vivons en Belgique (il y a donc un taux d’ensoleillement assez faible) donc nous prenons systématiquement de la vitamine D tout au long de l’année. Je ne connais pas les vitamines que vous mentionnez. Ici, c’est la « DCURE » qui est conseillée par les pédiatres dès la naissance jusque 3 ans (12 gouttes/jour). Le souci de la DCURE (si j’en crois une nutritionniste récemment consultée) est que l’huile qui sert de support à la vitamine est une huile de synthèse. Apparemment, il serait préférable de consommer une vitamine D mélangée à de l’huile naturelle.
        En tant qu’adultes, nous en consommons aussi car nos prises de sang démontrent bien que nous sommes bien en deçà de ce que nous devrions stocker pour rester en bonne santé.

        Concernant les crèmes solaires, je me réjouis de votre prochain article ! Ici, nous tentons d’utiliser des crèmes solaires « bio » mais nous nous demandons si elles sont si « sûres » que décrites.

        Merci à vous et belle journée !

        J'aime

      • Bonjour Sandra,

        Je vais donc compléter les infos concernant la vitamine D qui est prescrite en Belgique.
        Le Dcure est une préparation à base de vitamine D3 (cholécalciférol) et d’autres excipients qui sont les suivants:
        – acétate de tocophérol: c’est de la vitamine E synthétique, conservateur anti-oxydant
        – de l’essence d’écorce d’orange douce: solvant et parfum
        – polyoxyéthylène sorbitol septoléate: tensio-actif éthoxylé (possibilité de résidus d’oxyde d’éthylène)
        – oléate de polyglycérol: co-émulsifiant formulé à partir de glycérine et d’acide oléique
        – huile d’olive raffinée: huile extraite par des procédés mécaniques et chimiques
        L’huile d’olive raffinée peut contenir des résidus de solvants de la pétrochimie entre autres.
        Mais comme vous le constatez, ce n’est pas le seul ingrédient à être « mal venu ».

        En ce qui concerne les enfants de moins de trois ans pour lesquels les pédiatres prescrivent des doses de vitamine D, le souci est qu’à mon avis, il n’existe pas de préparations sans ajouts de produits chimiques permettant de conserver cette vitamine pendant des mois. Les préparations françaises en contiennent également, plus ou moins selon les marques que je vous ai détaillées dans ma réponse précédente.

        En ce qui concerne les adultes, ceux-ci en théorie ne devraient pas avoir besoin de supplémentation car le corps fabrique la vitamine D dont il a besoin et l’alimentation lui en apporte également.
        La vitamine D a pour rôle principal de favoriser l’absorption de calcium et de phosphore par l’intestin.
        Le foie fabrique d’abord la pro-vitamine D (précurseur) puis cette provitamine est acheminée vers la peau où elle se transforme sous l’effet des rayons du soleil en vitamine D.
        Si une personne adulte en bonne santé manque de cette vitamine, la cause en dehors d’un ensoleillement insuffisant peut être:
        – une insuffisance d’excrétion de bile (foie engorgé qui n’excrète plus assez la provitamine qu’il a fabriquée)
        – une insuffisance d’apports alimentaires de qualité (alimentation de mauvaise qualité, nutriments dénaturés inutilisables par l’organisme)
        – un intestin enflammé ou « colmaté » (les nutriments sont mal absorbés car ils ne peuvent passer la barrière des villosités intestinales).
        La meilleure vitamine D est celle trouvée dans les aliments de qualité biologique qui en renferment suffisamment (huiles végétales de préférence).
        Je vous remets la référence de la table Ciqual de l’ANSES qui vous permet de connaître les quantités de vitamine D présentes dans les aliments gras qui en contiennent de bonnes quantités. (mettre dans le champ de la recherche « Vitamine D »)
        https://ciqual.anses.fr/
        En espérant que tout ceci vous semble plus clair, je vous souhaite une bonne fin de journée Sandra.

        J'aime

  5. Bonjour Andrée,

    Merci pour vos explications, encore une fois bien détaillées ! C’est un plaisir de vous lire.
    Ce qui me perturbe un peu dans toute cette histoire, c’est la divergence d’avis concernant cette fameuse vitamine. Selon les médecins, les avis diffèrent: certains préconisent de ne pas supplémenter et d’autres recommandent fortement. Tant chez l’enfant que chez l’adulte. J’ai toujours entendu dire par mon médecin traitant, la pédiatre de ma fille de 3 ans et ma nutrithérapeute que, malgré une alimentation bio, riche en huiles de qualité, nous manquons cruellement de cette vitamine et que cela peut, à terme, fragiliser notre système osseux. Ces praticiens vont même jusqu’à nous dire que les résultats soi-disant satisfaisants d’une prise de sang ne le sont malheureusement pas encore assez. (les « normes de référence » établies seraient trop basses et il ne faut pas s’y fier).
    Bref, je me suis renseignée sur beaucoup de sujets à la naissance de ma fille mais j’avoue que concernant la DCURE, j’ai un peu fait l’autruche et donné ce que la pédiatre recommandait sans trop me poser de questions (car il est parfois difficile d’être de tous les combats). Des amies me disent consulter un médecin homéopathe pour leurs enfants et n’avoir jamais donné de vitamine D et surtout pas la DCURE.
    En clair, nous voulons bien faire mais nous ne savons plus quelle porte écouter. Je suis évidemment outrée que des médecins prescrivent une vitamine aussi transformée et contenant autant d’adjuvants à nos bébés. Il faut bien avouer que pour les parents que nous sommes, il devient difficile de s’y retrouver.
    Je vais consulter la table Ciqual de l’ANSES pour tenter de vérifier par moi-même notre consommation naturelle de vitamine D au travers de notre alimentation que nous tentons la plus saine possible.
    Je vous remercie, Andrée. Au plaisir de partager d’autres réflexions avec vous. Belle soirée.

    J'aime

    • Bonjour Sandra,

      Vous avez raison, les divergences concernant les pratiques de santé sont énormes et constantes.
      Les normes qui ont été établies pour la vitamine D dans le sang et bien d’autres nutriments ou constantes sont des « partis pris » à une époque donnée sur la dose « idéale ».
      En gros, ceux qui établissent les normes utilisent au départ des données scientifiques (dosages hématologiques) mais ensuite ils en déduisent des théories qui ne correspondent pas forcément à la réalité.
      Une fois que la norme est proposée, elle devient une vérité. Si cela passe par l’ordre des médecins, plus personne n’est autorisé à contester sans s’exposer à des poursuites.
      Or, le fonctionnement du corps est un mécanisme ultra-sophistiqué qui ne peut se réduire à un fonctionnement stable ou mécanique comme veut le faire croire la médecine conventionnelle.
      En gros, les quantités de vitamines et d’autres substances dans le sang ne sont jamais fixes. Elles varient en fonction de ce que le corps entreprend et lui-seul sait comment faire au mieux pour gérer l’ensemble de « l’univers corporel ».
      C’est pourquoi l’idéal est de se nourrir avec des produits sains (sans chimie),variés et en utilisant une part d’aliments non-transformés qui ont conservé tous leurs nutriments dans leur état d’origine (fruits et légumes crus, huiles crues).
      Il est également important de se nourrir « par intuition », c’est-à-dire en écoutant ce que votre corps vous dit spécifiquement à chaque instant: envie réelle d’un aliment, faim ou contrariété, horaires en fonction des besoins, quantités selon le ressenti de satiété. Il vaut mieux ne pas tenir compte des consignes fixes données par des autorités extérieures: médecine, agences de santé, habitudes culturelles, traditions,…
      Bien sûr dans le cas de vos enfants, s’ils sont en bas-âge, c’est vous qui en êtes chargée « par intérim ».
      Petite précision quand à la vitamine D: certaines personnes peuvent présenter un taux insuffisant de cette vitamine produite par le foie si ce dernier est engorgé (canaux excréteurs bouchés) et qu’il ne peut donc plus excréter la vitamine qu’il a fabriquée. Dans ce cas, il serait profitable de « nettoyer » le foie.
      Bonne fin de journée Sandra

      J'aime

      • Merci pour la pertinence de vos propos, Andrée.
        Concernant le nettoyage du foie, comment savoir si celui-ci est engorgé?
        Et s’il est, comment le « nettoyer »?
        (à ce sujet, la médecine chinoise via l’acupuncture m’a bien aidée à une époque mais je ne sais pas si c’est à elle que vous faites allusion lorsque vous évoquez le nettoyage du foie).
        Merci encore, Andrée.
        Très belle journée. Au plaisir de vous lire.

        J'aime

      • Bonjour Sandra,

        En ce qui concerne le nettoyage du foie, la méthode la plus efficace est « La cure du foie » qui fait partir tous les bouchons qui obturent les canaux sortant du foie et la vésicule biliaire.
        C’est une méthode que j’ai utilisée pour moi-même à plusieurs reprises
        La méthode et tout ce qui concerne le fonctionnement du foie est très bien décrite dans le livre d’Andreas Moritz dont le titre est « L’étonnant nettoyage du foie et de la vésicule biliaire ».
        Il y a des schémas et des photos des calculs biliaires qui vont partir sans douleur grâce à cette cure qui se fait sur deux jours.
        Pour ma part, je n’ai pas bu de jus de pommes pendant 7 jours comme conseillé mais la cure a quand même été efficace et sans douleurs car les bouchons (calculs) ne sont pas durs mais ont la consistance de la cire.
        Si vous avez des interrogations à ce sujet, n’hésitez pas à me questionner.
        Bonne fin de journée Sandra.

        J'aime

Répondre à Sandra Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.